61ème session extraordinaire du Conseil Des Ministres de L’OMVS : Discours d’ouverture du Haut Commissaire de l’Organisation (Intégral)

, par  masterEveil , popularité : 22%

Monsieur le Président du Conseil des Ministres de l’OMVS ;
Messieurs les Ministres ;
Monsieur le Haut-Commissaire Adjoint de l’OMVS ;
Messieurs les Ambassadeurs du Mali et du Sénégal ;
Monsieur le Secrétaire Général de l’OMVS
Messieurs les Présidents des Conseils d’Administration de la SOGEM, de la SOGED de la SOGENAV et de la SEMAF ;
Messieurs les Directeurs Généraux de la SOGEM, de la SOGED, de la SOGENAV et de la SEMAF ;
Messieurs les Coordonnateurs Nationaux des Cellules OMVS ;
Mesdames et Messieurs les Membres des équipes techniques des Etats, du Haut-Commissariat, de la SOGED, de la SOGEM, de la SOGENAV et de la SEMAF ;
Honorables invités ;
Mesdames et Messieurs.

C’est pour moi un grand privilège de m’adresser à vous à l’occasion de cette 61ème Session Extraordinaire du Conseil des Ministres de notre Organisation en cette terre OMVS de Mauritanie, ce pays qui nous étonne tous les jours par les progrès remarquables qu’il réalise, dans tous les domaines. C’est pourquoi, je saisis cette occasion pour rendre un hommage appuyé à Son Excellence Mohamed Ould Abdel AZIZ, Président de la République Islamique de Mauritanie, dont le leadership et la volonté affirmée de culture de résultats sont en train de faire de la Mauritanie un pays en progrès constant ; en témoigne la façon dont nous avons été éblouis à l’arrivée par le nouvel aéroport de Nouakchott, et la qualité des infrastructures routières de sa belle capitale.
Dans la même lancée, je voudrais exprimer notre gratitude à Son Excellence le Professeur Alpha CONDE, Président de la République de Guinée, Président en Exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement pour son attention et ses orientations, qui éclairent opportunément la marche de notre Organisation.

Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

Cette session extraordinaire se tient à un moment où un passage de témoin vient juste de s’effectuer avec la nomination de Monsieur Mohamed Abdel VETAH, comme Ministre du Pétrole, de l’Energie et des Mines de la Mauritanie, en remplacement de Monsieur Mohamed Salem BECHIR, qui pendant près de 19 mois a officié comme Président notre Conseil des Ministres.
A cet effet, je voudrais exprimer notre gratitude à notre Président sortant pour tout l’accompagnement dont il a gratifié notre Organisation. En votre nom à tous, je lui souhaite tout le succès dans l’accomplissement des nouvelles fonctions qui viennent de lui être confiées par le Chef de l’Etat.
A Monsieur le Ministre VETAH, je voudrais dire que la réputation de compétence doublée d’ouverture d’esprit et d’homme d’action qui le précédent sont pour nous des atouts qui profiteront largement à l’OMVS durant sa mandature. Nous l’assurons de notre engagement à tout mettre en œuvre pour cheminer avec lui de manière exemplaire, pour le plus grand bien de l’OMVS.

Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

Notre Conseil des Ministres s’enorgueillit aussi de la nomination de Monsieur le Ministre Malick ALHOUSSEINI, Ministre de l’Energie et de l’Eau du Mali. Nous imaginons les immenses défis auxquels il a déjà commencé à faire face, défis qui ne lui sont pas étrangers, pour qui connaît sa grande experience antérieure et sa maitrise du secteur.
Il nous en a déjà donné la preuve, la semaine dernière, par son intervention énergique dans l’accélération de la finalisation du dossier du projet de barrage de Gouina. Il a remplacé le Ministre Mamadou Frankaly KEITA qui a contribué pendant près de 3 ans à trouver des solutions heureuses aux différentes difficultés de notre Organisation. Je voudrais ici l’en remercier très sincèrement.
Je remercie aussi les autres membres du Conseil des Ministres qui, par leur présence continue et leur constante contribution, ont toujours fait montre d’engagement sans faille pour notre Organisation.
Qu’il me soit enfin permis de remercier les Présidents et membres de Conseil d’administration des Sociétés, les Directeurs Généraux des Sociétés, les Coordonnateurs des Cellules Nationales OMVS et les Experts du système OMVS pour l’abnégation quotidienne et le dévouement dont ils font continuellement montre, pour la bonne exécution des tâches qui nous sont confiées.


Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

La 61ème session extraordinaire aurait pu être, au regard de sa période de tenue, une session ordinaire. Mais l’importance des dossiers à examiner nous conduit à mettre un focus sur quelques points qui méritent que nous vous rendions compte et que nous prenions vos sages conseils.
Certains de ces dossiers méritent une solution urgente en termes de décision, tandis que d’autres connaissent une évolution normale sans obstacles majeurs.
Le travail effectué par la réunion des Experts nous donnera des éclairages importants pour le traitement de tous les points de l’ordre du jour.

Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

Lors de la dernière session ordinaire du Conseil des Ministres tenue à Conakry, vous nous avez instruit de diligenter la réalisation du barrage de Gouina, la mobilisation du financement et la mise en œuvre du barrage de Koukoutamba.

Concernant le Projet de Barrage Hydroélectrique de Gouina, nous avons levé les derniers obstacles après la mission effectuée en Chine. Le site est livré à l’entreprise SINOHYDRO. Les entreprises chargées d’aménager les sites de recasement et de construire les maisons et les équipements collectifs sont sélectionnées. Et les travaux vont bientôt démarrer.

En ce qui concerne le projet de barrage de Koukoutamba, nous avons procédé, conformément à vos instructions, au lancement des Dossiers d’Appel d’Offres (DAO en mode EPC et EPCF). Trente entreprises ont manifesté leur intérêt par l’achat des Dossiers d’Appel d’Offres (DAO) et leur participation à la visite de sites. La date limite de dépôt des offres est désormais fixée au 16 Décembre 2016. Nous restons optimistes et espérons qu’en début 2017, nous serons à un tournant décisif de l’évolution de ce projet.

Pendant cette période, nous œuvrons à la mise en place de la nouvelle structure, la Société de Gestion des Ouvrages du Haut Bassin (SOGEOH) qui travaillera pour le développement du projet de barrage Koukoutamba, et pour d’autres ouvrages dans la partie Guinéenne du haut bassin du fleuve Sénégal.

Nous comptons parallèlement boucler le financement et lancer les travaux de renforcement du réseau d’évacuation d’énergie à travers le projet Manantali 2.
Il s’agit là d’un projet régional pour lequel les études sont en cours. Nous espérons arriver à une entente avec les Etats sur les tracés définitifs des lignes concernées par le projet pour nous permettre dans les meilleurs délais, d’organiser une table ronde des bailleurs de fonds afin de boucler de manière concomitante et entière le financement de toutes les composantes retenues.

Concernant la SEMAF que notre Organisation a eu l’intelligence de mettre en place à un moment critique où le départ de la Société Sud-Africaine ESKOM faisait planer une grande menace sur notre capacité de gestion et de distribution de l’électricité, il est heureux de reconnaître aujourd’hui qu’elle a répondu à toutes les attentes. C’est pourquoi, je demeure convaincu que le Conseil des Ministres saura, avec la sagesse que nous lui reconnaissons, trouver une solution convenable au problème de gouvernance de cette structure, solution qui sera importante pour rassurer nos bailleurs de fonds et faciliter la mobilisation des financements pour les ouvrages futurs.

Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

Pour le PGIRE 2, les dernières réunions de coordination avec les Agences d’exécution (DNGR, ADRS, SONADER et SAED) ont montré un bon niveau d’évolution des dossiers. Nous comptons sur les appuis de nos Etats membres pour faciliter les procédures de traitement de dossiers afin que nous parvenions à obtenir un important taux de décaissement d’ici décembre 2016. Nos actions de développement local entamées depuis le PGIRE 1 vont s’approfondir et se diversifier.

Il en est de même, pour notre choix de protéger l’environnement du bassin, notamment celui qui abrite les sources de plusieurs cours d’eau ouest africains. Je veux parler des massifs du Fouta Djallon dont la préservation est urgente et stratégique pour l’OMVS et pour d’autres bassins, tels que le fleuve Niger et le fleuve Gambie. Au cours des mois passés, nous avons réussi à bâtir un soutien international des bailleurs de fonds sur l’extrême pertinence de ce projet.

Il est heureux à date, d’informer le Conseil des Ministres que, conformément aux directives de nos Chefs d’Etat, notre Organisation conclura bientôt un accord avec la CEDEAO pour la mise en place de l’Observatoire Environnemental et de l’Eau au niveau du Massif du Fouta djallon.

Cet Observatoire sera un instrument capital pour nous aider à anticiper sur tout ce qui peut compromettre la pérennisation des ressources en eau de notre bassin car les trois affluents que sont la Falémé, le Bafing et le Bakoye qui forment le fleuve Sénégal, prennent tous leurs sources dans ce massif du Fouta Djallon qui est donc d’une importance écologique vitale pour le Bassin du fleuve Sénégal.

Quant au projet Navigation, qui est une des plus anciennes priorités de notre Organisation, il est dans une bonne voie avec l’intérêt croissant de différents partenaires, dont l’Eximbank de l’Inde. Nous comptons a cet effet, sur l’appui de nos Etats membres pour diligenter les négociations pour le financement de ce volet important de notre programme de développement.

Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi de vous dire que cette année 2016 est une année charnière au cours de laquelle notre Organisation a été sur tous les fronts pour faire face aux principaux défis de l’heure.

Parmi ceux-ci, il y a en tout premier lieu la nécessité de concertation avec tous les Etats membres pour tirer profit des nouvelles opportunités de financement que nous offre le contexte international actuel aussi bien au niveau bilatéral que multilatéral.
En effet, nos besoins globaux de financements pour la réalisation de nos différents projets se chiffrent à près de 4 milliards de dollars US. Mobiliser une telle enveloppe demande un immense effort de connectivité, de suivi et de réactivité. Fort heureusement la crédibilité de notre Organisation aidant, les solutions sont en train de se mettre progressivement en place afin qu’à terme, notre bassin exploite du manière exhaustive son potentiel agricole, ses infrastructures de communication, fluviales et routières et son immense potentiel hydro-énergétique couplé avec un réseau d’interconnexion qui sera au cœur des échanges énergétiques en Afrique de l’Ouest.

Notre deuxième défi est la modernisation de l’OMVS, par la mise en chantier de deux études majeures à savoir le financement autonome du système OMVS et la revue du mode de fonctionnement et de coordination de notre Organisation.

Le troisième défi concerne la façon dont l’OMVS devra s’inscrire dans la dynamique des acteurs majeurs pour faire face aux changements climatiques.

Vous me permettrez de conclure l’énumération de ces défis par celui qui devient aujourd’hui une préoccupation sous régionale majeure. Il s’agit de la sécurisation de nos ouvrages.

En effet, l’environnement sécuritaire de la sous-région nous oblige à anticiper une réflexion urgente, sur la prise en compte systématique de la protection et de la préservation de nos acquis stratégiques que sont nos barrages et nos lignes de transport. Nous avons, à cet effet, engagé des initiatives au niveau de la Direction Régionale des Nations Unies qui fait du sujet de sécurité sous régionale, une question transversale.

La position charnière de la Mauritanie comme pays modèle dans la préservation d’un espace sécuritaire, exemplaire, membre de l’OMVS et du G5 Sahel sera pour nous un atout précieux dans ce cadre.

Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

La présente Session du Conseil Extraordinaire des Ministres est aussi l’occasion de remercier tout un chacun, non seulement pour le chemin déjà parcouru, mais aussi pour l’ingéniosité et la diligence dont nous devons continuer à faire montre pour mériter la confiance de nos Chefs d’Etat et de nos populations.

C’est cet exemple éclatant de coopération qui fait que notre Organisation a été classée cette année au niveau mondial numéro 1 des Organismes de Bassins, position qu’elle partage avec la Commission Internationale pour la Protection du Rhin (CIPR), sur un ensemble de 84 Organismes de Gestion des Eaux Transfrontalières dans 205 Bassins Fluviaux Transfrontaliers dans 148 pays.

Nous nous engageons à continuer de mériter cette distinction qui nous vaut aujourd’hui des retombées positives au niveau des partenaires techniques et financiers internationaux qui, tous, veulent être associés aux futurs succès de l’OMVS.

Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

Avant de conclure, vous me permettrez de remercier les membres de la Commission des Experts pour l’important travail abattu pendant ces deux jours. Je remercie aussi la presse et tous ceux qui ont contribué à l’Organisation de cette session.

Pour terminer, je renouvèle tout notre espoir dans la marche de notre Organisation et je souhaite que grâce à votre habituelle sagacité, nos travaux débouchent sur des décisions qui vont accélérer et approfondir la marche de notre Organisation.

Je vous remercie.