70e anniversaire des Droits de l’homme : Message de Maître Fatmata Mbaye, PDT de l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme (AMDH)

, par  masterEveil , popularité : 10%

" A l’occasion de la célébration du 70e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme, l’association Mauritanienne des droits et son bureau exécutif souhaite joyeux anniversaire à tous les défenseurs et défenseures des droits de l’homme en Mauritanie et à travers le monde. 

Qu’il me soit permis ici de rappeler l’importance des principes et droits contenus dans cette déclaration dont l’objectif principal est de garantir à l’humanité toute entière sans aucune distinction ni discrimination une égalité en droit et une liberté innée.

Il s’agit effectivement de défendre la dignité humaine sous tous les cieux, dans toutes les sociétés, dans toutes les communautés quel que soit leur confession ,culte ou religion, et quel que soit le sexes de l’individu. Il appartient aussi de rappeler que ces principes sont non dérogeables, que les États avec la communauté internationale doivent tout entreprendre afin que le rêve de ceux et celles sui ont rédigé et adopté cette déclaration devienne une réalité.

Aujourd’hui, force est de constater que cette déclaration est remise en question dans bon nombre de pays et de gouvernements. 

Les libertés sont confisquées, les défenseurs emprisonnés, la société civile muselée et les partis politiques et les syndicats pris en otages. 

La vie du citoyen et de la citoyenne se rétrécit de jour en jour devant les exigences du 21ème siècle, notre ère et l’incapacité des gouvernements à répondre de manière efficace à leurs demandes :en éducation, en bien être social et économique et surtout dans la demande des populations à participer dans la gestion des biens publics et de demander des comptes à ceux qui nous gouvernent. 

Le clivage social volontairement créé en Mauritanie et dans bien d’autres pays sont autant de facteurs de crises objets d’instabilité socio-politique. 

La confiscation des libertés à conduit comme la pauvreté au départ de milliers d’individus hommes, femmes, enfants, jeunes vers d’autres cieux sensés leur apporter ce qu’ils ont perdu ou n’ont jamais eu afin de vivre décemment et en paix. L’exigence d’une société juste et égalitaire n’est nullement une demande illégitime des populations. 

Aujourd’hui comme hier la question de l’impunité affaiblit davantage la sécurité planétaire , car chaque individu sur chaque territoire à droit à ce que sa dignité soit protégée contre toute atteinte . 

La question de l’ordre public doit être révisée afin que le citoyen puisse vivre en symbiose avec son milieu en parfaite intégration. 

Les jeunes gens filles et garçons doivent obtenir une bonne éducation et un bon encadrement, et être associés au développement de leurs pays sans aucune discrimination ,marchandage. La corruption et le trafic d’influence sont devenus aujourd’hui un moteur bien huilé dans notre pays, les espoirs des populations à revenus modestes s’évaporent et avec l’espérance de relever le défi d’une société en profonde mutation. 

L’abandon de l’école publique et l’émergence de l’école dite d’excellence creuse davantage le fossé entre populations à revenus modeste ou pas existant du tout et populations dite nanties,ayant comme résultat une jeunesse et des cadres sélectionnés suivant un ADN politique appelé aristocratie. 

L ’AMDH appelle les autorités politiques et religieuses à revoir leurs politiques de gestion de la mémoire collective et surtout de respecter les principes d’égalité et de justice et donc d’arrêter l’interférence dans la Justice.

De faire libérer Mohamed Cheikh Ould Mohamed M’kheitir et Biram Dah Abeid 

Président De IRA Mauritanie et député élu des dernières élections législatives dont la détention ne peut être qualifiée que d’arbitraire. 

Nous ne saurions finir notre propos sans demander à tous les gouvernements et à tous les partenaires au développement de demander et d’exiger sans plus retarder la libération de tous les défenseurs et toutes les défenseures maintenus dans les liens détention quel que soit le motif de leur incarcération.

Tous ensemble pour un monde meilleur délivré de toute forme de violence à l’égard des groupes dits vulnérables, en tête les femmes les enfants, les personnes vivantes avec un handicap,les personnes âgées, etc.

Me Fatimata M’Baye"


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)