A qui profite la création d’un troisième département et d’arrondissements au Guidimakha ?

, par  masterEveil , popularité : 8%

Rimweb - Au cours de son Conseil des Ministres du jeudi 25 janvier 2018, le gouvernement mauritanien a adopté un projet de décret donnant lieu à un nouveau découpage administratif.

Le Guidimakha compte désormais trois départements et connait deux nouveaux arrondissements. Khabou qui était un arrondissement devient le troisième département et regroupe les communes de Gouraye, Baediam Soufi et Khabou. Les nouveaux arrondissements regroupent quant à eux Tachott, Ould Mbony et Hassi Cheggar pour celui de Tachott, Bouanze, Dafford, Lahradj pour celui de Lahradj.

Avec ce découpage, les populations se retrouvent encore plus éloignées sur le plan administratif. A titre illustratif, des populations qui sont à moins de dix ou à cinq kilomètres de Sélibaby se retrouvent dans l’obligation de se rendre à plus de soixante dix kilomètres ou plus pour régler un quelconque problème.

Tel est le cas de Liradi, de Sneiga Sambanel, dans la commune de Gouraye, Soufi, Beelel Seeno et autres localités de la commune de Soufi, Barelé Thienel Leya dans celle de Baediam pour ne citer que cela. Sur le plan Politique, le rattachement de Gouraye, Soufi et Baediam à Khabou change la donne politique au Guidimakha.

Le département de Sélibaby qui s’était retrouvé avec quatre députés lors des législatives et municipales de 2013 se voit ainsi vider de ses électeurs dont certains soutiens de l’UPR. Bouroudji,Toumbou Mody Bocar ,Goupoudji, Boutanda dans la commune de Gouraye, Melga et Goudiawol dans la commune de Baediam et les localités de la commune de Soufi sur lesquelles a toujours compté la tendance Kane se trouvent détachées du département de Sélibaby qui se retrouve avec sept communes à savoir Sélibaby, Tachott, Hassi cheggar, Ajar, Arr, Ould Mbony et Wompou. Au niveau de ces communes, des candidats issus d’autres partis et/ou autres candidats ont été soutenus.

Les résultats des élections municipales et législatives de 2013 illustrent cela car la commune de Wompou est gérée par le PRDR, Hassi Cheggar par le Sursaut de la jeunesse, Ould Mbony par l’UDP. Les communes de Tachott, d’Ajar et d’Arr et Sélibaby le sont par des maires de l’UPR qui se réclamant de la tendance opposée à celle qui avait nourri espoir avec l’élection d’Hapsatou Kane comme députée de la circonscription électorale de Sélibaby.

Au niveau du département d’Ould Yengé, le changement opéré complique la situation des administrés, dans leur majorité avec la transformation de Lahradj en un arrondissement qui, en son sein se retrouvent les communes de Lahradj, Daffort et Bouanze qui avaient du mal à se rendre à Ould Yengé.

Un nouveau découpage administratif a toujours été revendiqué par les populations du Guidimakha. Mais est-ce que de sorte ? à qui profite-t-il ?

Amadou Bocar Ba/Gaynaako


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)