Agriculture : Du potentiel actuel nouveau illimité non exploité et celui en destruction depuis 30ans

, par  masterEveil

Si l’Oasis du désert du Nord enclavée de Maaden El Ervane a produit en cette campagne 2000 tonnes de légumes sur 20 ha, production qu’elle pouvait multiplier par 10 par la production de 20.000 tonnes en campagne maraîchère de 2018 d’une valeur commerciale de 2 milliards d’UM, si elle avait pu avoir et peut toujours si à travers un crédit ou don de 40 millions d’UM que j’avais demandé et demande toujours pour l’achat de 10 camions frigo de 5 à 10t ( factures d’importations disponibles) chacune . Aide ou crédit équivalent au coût du transport de la production de 2000t à Nouakchott abandonnée aux termites depuis janvier 2017.
Que dire des 60.000 ha de riches terres alluvionnaires du Bas Delta affectés depuis 1990 par l’Administration de l’ancien MDRE( en fond de corruption) malgré l’opposition virulente du Ministre de l’hydraulique par lettre adressé au Président de la République (dont j’en détient une copie) qui avait demandé l’abrogation du décret créant le Parc de Diawling .
Potentiel agricole affecté à l’engraissage des oiseaux migrateurs, bien qu’irrigable sans pompage pour produire durablement 600.000 tonnes de riz soit 3 fois nos besoins annuels de cette denrée à un coût 70% moins cher que le coût actuel du riz sur la vallée du fleuve (allant de Rosso à Selibaby)..
Que dire des 600.000 ha des 4 Wilayas du Nord que le phénomène du réchauffement de la terre et les percées des nouvelles technologies ( dans le dessalement de la mer, énergie renouvelables, télé irrigation conduite culturale, culture in vitro…) ont rendu aptes à une culture moderne et scientifique du palmier (Voir mon appel http://adrar-info.net/?p=40102#more-40102 en ligne et sur ma page facebook adressé au Président de la République) pouvant apporter un revenu par ha 40 à 400 fois plus important que le revenu de l’ha du riz en crise dans la vallée.
Notre agricole piétine et recule dans tout le pays depuis 30 ans.
En plus de l’exemple des 2000 tonnes de légumes de Maaden El Ervane que j’invite la presse à visiter, je cite au niveau du fleuve le cas de la production du riz (collectivités locales et privés) dans la vallée du fleuve lourdement subventionnée par l’Etat depuis l’avènement de la crise de rentabilité provoquée par le PASA de la Banque Mondiale en 1987 et la politique de fuite en avant ( jusqu’à ce jour où j’écris cet article) d’incitation du producteur à l’endettement et à la ruine .
Politique qui a pour conséquences d’accroître l’appauvrissement des consommateurs par une multiplication par 10 ( 14UM/kg paddy en 87 à 140 UM/kg paddy en 2017) du coût de production et du prix du produit dans le marché au cour de ces 30 dernières années (1987- 2017).
Nouakchott le 25 Avril 2017
Cheikhany Ould Sidina
Maire de Maaden El Ervane
Expert en développement
Répondre Répondre à tous Transfér