Au Soudan : Mohamed El Hacen Lebatt, artisan de la paix

, par  masterEveil , popularité : 22%

Sous l’égide du médiateur de l’Union africaine, Mohamed El Hacen Lebatt, et suite à des négociations ardues les protagonistes de la crise au Soudan se sont entendus pour la signature d’une Charte constitutionnelle qui prévoit de remettre le pouvoir aux civils le 18 août.

C’est ce qu’a déclaré, samedi dernier à l’aube, le médiateur de l’Union africaine, Mohamed El Hacen Lebatt. « Les deux délégations sont tombées pleinement d’accord sur la déclaration( charte ) constitutionnelle », a-t-il déclaré à la presse. Cet accord, signé dimanche 4 août, est le fruit de difficiles négociations sur la transition politique entre l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), et le Conseil militaire mis en place après la chute du président Omar Al-Bachir, le 11 avril. Cette annone a engendré des scènes de liesse et de joie dans les rues de la capitale Soudanaise et dans d’autres grandes villes du pays.

C’était la principale requête du mouvement de contestation qui secoue le Soudan depuis de nombreux mois : obtenir que le pouvoir soit remis aux mains des civils. Après deux jours d’intenses tractations, le Conseil militaire, qui dirige le pays, et les chefs de la contestation sont parvenus à un accord sur une Charte constitutionnelle.

Les militaires au pouvoir au Soudan et L ‘A LC ont convenu donc de mettre en place le 18 août, prochain l’instance dirigeante chargée de mener la transition politique.

Les deux camps étaient déjà d’accord, début juillet, sur la création d’un Conseil souverain, composé de cinq militaires et de six civils, chargé de mener la transition pendant un peu plus de trois ans. Les points encore en suspens portaient sur les pouvoirs de ce Conseil souverain, sur le déploiement des forces de sécurité et sur l’immunité de généraux impliqués dans la sanglante répression du sit-in devant l’armée, le 3 juin, à Khartoum.

Qu’attend la diplomatie mauritanienne pour se féliciter et féliciter notre compatriote Mohamed El Hacen Lebatt, pour l’accord de paix conclu au Soudan ?
« Au Soudan les difficultés pour un accord de paix ne se cantonnent pas uniquement entre les parties soudanaises en conflit. Les difficultés les plus ardues sont à chercher ailleurs, à l’extérieur du Soudan. Les intérêts de nombreuses puissances étrangères convergent en effet avec ceux des différents pôles obscurantistes et foncièrement réactionnaires arabes qui n’arrivent pas à cacher leurs inquiétudes face à l’ émergence d’un printemps arabe éventuel avec l’enclenchement de nouveaux foyers là où on ne l’attendait pas : en Algérie et au Soudan. Les rois et roitelets arabes se démènent désespérément en vue d’empêcher l’apparition du jour alors que les rayons du soleil balaient déjà l’horizon. » IL faut dés lors saluer la finesse et l’intelligence de notre compatriote qui a su renouer le fil de dialogue et trouver une solution de sortie de crise dans l’imbroglio soudanais.
AC : eveil hebdo


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)