Braquage d’une agence de la BMCI : les cambrioleurs poursuivent leur cavale

, par  masterEveil , popularité : 8%

Les auteurs du hold-up mené contre l’agence BMCI à Tevragh-Zeina à Nouakchott n’ont pas été arrêtés, contrairement à la pluie d’informations faisant état de leur interpellation par les services de l’ordre. « Ces sont des fausses informations médiatisées afin de dissiper la colère populaire montante, suscitée par ce braquage professionnel fait sans éveiller la vigilance des services sécuritaires », révèlent des sources.
Une confusion sur l’arrestation des véritables ravisseurs de la banque et l’interpellation de suspects multirécidivistes, rapportés par des sources sécuritaires à des journalistes, avaient induit l’opinion en erreur. Pourtant, des sources avaient rapporté auprès de sources policières l’arrestation des présumés braqueurs, citant même leurs noms.

Les faits

Cinq hommes armés de fusils d’assaut avaient dévalisé l’agence précitée, située dans le quartier du centre émetteur. Aucune victime n’a été déplorée au cours de ce cambriolage où le montant des sommes volées n’a pas encore été révélé. Les malfaiteurs se sont adressés à la caissière pour lui demander de leur remettre l’argent en sa possession.
Devant son hésitation, l’un des hommes lui a assené un coup sur la poitrine pour l’obliger à s’exécuter. Après avoir fait main basse sur les versements des deux derniers jours, les assaillants se sont enfuis à bord d’un véhicule « Toyota Corolla 2012 » dépourvue de plaques d’immatriculation.
Selon l’un des employés de la banque qui était sur place, les malfaiteurs menaçaient d’utiliser leurs armes et avaient demandé aux employés de s’aplatir pendant qu’ils commettaient leur forfait.
L’un des assaillants a rassuré l’une des employées de l’agence qui lui avait révélé qu’elle était diabétique, en lui déclarant qu’elle n’avait pas à s’inquiéter.
Une autre source a affirmé que les malfaiteurs avaient pris soin, avant d’opérer leur forfait de couper l’électricité, certainement pour empêcher le fonctionnement des caméras de surveillance.

Le véhicule du braquage volé 48h auparavant

Le véhicule, une Toyota Corolla 2012, utilisé lors de l’attaque à main armée contre l’agence, avait été volé 48h auparavant. Son propriétaire avait été attaqué par trois individus, alors qu’il était en stationnement sur la route de Nouadhibou. Ils l’auraient alors solidement attaché, délesté d’un montant de 30.000 ouguiyas qui étaient en sa possession avant de fuir avec son véhicule.

L’enquête se poursuit

Le retard des investigations menées pour retrouver les fugitifs auraient contraint les autorités à confier le dossier du braquage, à quatre officiers. L’enquête trébuche jusqu’à l’instant, notamment après l’évanouissement de la directrice de l’agence, qui s’est effondrée avec le début de l’instruction. Elle a été immédiatement évacuée aux urgences de l’hôpital national. L’instruction doit reprendre dés le rétablissement de la responsable de banque braquée, toujours sous le choc de cet hold-up mené par des professionnels masqués et armés.

Un autre vol signalé à Teyarett

- Le commerçant Ely Ould Tleimidi, propriétaire d’une boutique de détails, sise au quartier El Haye Saken, à Teyarett, à Nouakchott Ouest, a fait également l’objet d’une violente agression à l’arme blanche dans son écho, suivie d’un cambriolage de 3 millions Um. Son état critique a contraint à son évacuation immédiate par des secouristes à l’hôpital Cheikh Zayed, révèlent des sources, selon lesquelles, le commerçant a tenté en vain de résister à ses assaillants.

Avec agences


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)