CONFRERIE TIDIANE : COSKAS Mauritanie a un nouveau dirigeant

, par  Webmastrer , popularité : 11%

Le Comité d’Organisation pour le Service de Khalifa Ababacar Sy (COSKAS), section de Mauritanie, a un nouveau président. Il s’agit de Khalil Diop, membre influent de la fédération tidiane. Une mission spéciale envoyée par le porte-parole du khalife général et dirigée par M Bathie Seck, président de la fédération tidiane de Saint-Louis, a procédé, le 30 juillet dernier, au renouvellement du bureau COSKAS de Nouakchott sous les auspices de Moustapha Sy Abdoul Aziz Al Amine, fils de Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine.

Khalil Diop remplace Amadou Ndiouck dont l’âge ne permet plus de mener à bien ce rôle. La mission a saisi la même occasion, pour régler de manière consensuelle les problèmes qui minent le bon fonctionnement de la fédération tidiane. Elle est, depuis quelque temps, en léthargie. Outre ces problèmes, la mission a anticipé sur les dispositions à prendre en perspective du Gamou annuel de 2017. Les conclavistes ont soulevé des problèmes liés à l’organisation des convois, à la traversée de la frontière Rosso avec à la clé les problèmes récurrents de douane. « Nous demandons aux autorités des deux pays de prendre des dispositions pour faciliter à nos convois le passage à la frontière. Mais surtout la douane parce que nos pèlerins amènent des produits alimentaires, à cette occasion. Nous demandons à nos soldats de l’économie d’être plus compréhensifs », déclare Bathie Seck. « La monnaie mauritanienne est très faible et les talibés amènent, à cette occasion, des cadeaux destinés au marabout », poursuit-il.

En outre, l’émissaire du porte-parole Al Amine a mis l’accent sur l’objet de la mission qui n’était rien d’autre que le consensus retrouvé autour des dirigeants de la fédération qui n’arrivaient pas à accorder leurs violons. Moustapha Sy Abdoul Aziz Sy Al Amine de dire que « toutes les structures tidiane qui répondent au nom des fédérations doivent travailler en étroite collaboration et de manière solidaire ». « Les structures ou leurs dirigeants peuvent avoir des points de vue divergents. Ce qui est normal. Mais cela n’empêche que les responsables se réunissent pour trouver un consensus autour de l’essentiel », ajoute-t-il.

La Mauritanie source du savoir pour le Sénégal

Par ailleurs, le fils d’Abdoul Aziz Sy Al Amine a rencontré les responsables de la communauté sénégalaise à leur demande. Ils lui ont soumis les problèmes qu’ils rencontrent dans le cadre de leur séjour. « Assane Guèye, le président de la fédération des associations sénégalaises, et ses amis sont venus me remettre une correspondance. Je transmettrai la correspondance au Khalife Général.

C’est à lui en tant que guide religieux de faire le nécessaire pour engager un dialogue avec les autorités compétentes des deux pays qui puisse apporter des solutions idoines par rapport au séjour des Sénégalais en Mauritanie. Le Sénégal et la Mauritanie sont deux pays frères, unis par l’histoire, la religion, la culture. Ces deux pays partagent des frontières communes. La Mauritanie a contribué à l’élargissement des bases de la religion islamique au Sénégal. Tous nos chefs ont fait la Mauritanie. Un séjour qui leur a permis de mieux pénétrer les enseignements religieux de l’islam. Cela fait qu’on doit vivre ensemble, en symbiose, un slogan que doivent partager les deux pays, le Sénégal et la Mauritanie ».

Il faut souligner que Moustapha Sy Abdou Aziz Sy Al Amine a animé, le 30 juillet, la nuit religieuse du Gamou annuel des Tidianes de Mauritanie.

sen360.fr


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)