Challenge Sidi Mohamed ABBAS : Est-ce, la fin d’une ère ?

, par  masterEveil , popularité : 11%

Lancé en 2004, avant de connaitre un coup arrêt en 2011 pour reprendre en 2016 pour deux éditions de relance, dont l’une circonscrite à la capitale et la deuxième sur l’ensemble du pays, le Challenge Sidi Mohamed Abass pourrait connaitre une nouvelle interruption selon un responsable d’établissement scolaire.

Appelé d’abord Challenge BMCI pour donner de la visibilité à l’institution bancaire, lors des deux premières éditions, il deviendra par la suite Challenge Sidi Mohamed Abbas, du nom du père du parrain du tournoi, décédé quelques années plus tôt, rebaptisé ainsi en hommage à sa mémoire et dont le but est de promouvoir la pratique du football et du sport en milieu scolaire.

Cette compétition interscolaire de football qui est destiné aux établissements scolaires publics et privés du pays véhicule les valeurs de l’Excellence, à savoir : l’honnêteté morale et intellectuelle, à travers un travail d’équipe.

Devenu incontournable au fil des ans et un rendez-vous annuel de rencontres et d’échanges pour les jeunes, ce tournoi s’est transformé en vitrine pour cette jeunesse qui ne comprend toujours pas, le pourquoi, ni les raisons de cette autre interruption annoncée, de leur ‘’trésor’’.

Ainsi, de nombreux footballeurs qui composent l’élite d’aujourd’hui ou font les beaux jours des formations du pays sont issus ou ont connu leur apogée à travers ce tournoi. Outre son caractère sportif, c’est aussi un modèle d’éducation et une source de motivation pour encourager les élèves aux études et un cadre propice de travail pour les nombreux éducateurs sportifs qui manquent d’occupation.

Peu médiatisée ces deux dernières éditions, le tournoi a tout de même poursuivi son petit bonhomme de chemin et a redonné l’espoir et le sourire aux jeunes.

Si toutefois cette rumeur se concrétisait, on se demandera toujours, les raisons de la reprise de cette compétition, après tant d’années d’arrêt ? Toujours aux côtés de ces jeunes élèves et omniprésent lors des premières éditions, le mécène dont la touche personnelle réjouit l’assistance et égaye les jeunes, semble invisible tout dernièrement et ne désire surtout pas communiquer sur cette compétition, en sa qualité de président du Comité de Pilotage du Challenge.

Son arrêt engendrera à coup sûr, beaucoup de frustrations au niveau des directeurs d’établissements scolaires, des éducateurs sportifs, des parents d’élèves, des observateurs et fera de nombreux orphelins qui seront privés malheureusement de leur passion.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)