Comment une ado a poussé son petit-ami au suicide : "Pends-toi, saute d’un immeuble…"

, par  masterEveil

Michelle Carter est accusée d’avoir poussé son petit-ami à se suicider. Michelle Carter est accusée d’avoir poussé son petit-ami à se suicider.
Le procès de Michelle Carter, accusée d’avoir poussé son petit-ami à se suicider, se poursuit. Jeudi, de nouveaux messages envoyés par la jeune fille à l’adolescent ont été révélés.
Au troisième jour du procès de Michelle Carter, de nouveaux éléments accablants ont été dévoilés. La jeune fille d’aujourd’hui 20 ans est accusée d’avoir poussé son petit-ami à se suicider en 2014. Dès le début de l’enquête, de nombreux SMS compromettants avaient été dévoilés. L’adolescente essayait par tous les moyens de convaincre son ami, Conrad Roy III, de se donner la mort. Jeudi, ce sont de nouveaux messages qui ont été révélés au cours du procès, indique « People ». « Pends-toi, saute d’un immeuble, poignarde-toi, je ne sais pas, il y a plein de façons de faire », a-t-elle écrit le 6 juillet 2014, soit sept jours avant que le jeune garçon se donne la mort en s’asphyxiant au monoxyde de carbone dans sa voiture qui était garée sur un parking de Fairhaven, dans le Massachusetts. Le 5 juillet, elle écrivait : « Tu dois faire quelque chose rapidement, quelque chose qui mettra fin à tout ça sans que tu ne te soucies de la douleur ».
Durant des semaines, les deux ont conversé par SMS afin de trouver la meilleure façon pour le garçon de mettre fin à ses jours. D’après le « Boston Globe », le 3 juillet, Michelle Carte lui a demandé quand est-ce qu’il allait enfin passer à l’acte. « Ce soir ? », a-t-elle écrit. « Je vais essayer », lui a-t-il répondu. « Essayer à quel point ? », a-t-elle alors continué. Lorsque Conrad a expliqué à sa petite-amie qu’il ne savait pas comment s’y prendre, elle lui a reproché de ne pas prendre tout ça au sérieux. « Tu m’as dit que tu voulais tout ça tellement fort. Mais je savais que tu n’allais pas essayer à fond. Je me sens tellement idiote… Tu as menti à propos de tout ça. Tu m’as dit que tu allais le faire, je pensais que tu voulais vraiment mourir. Mais visiblement ce n’est pas le cas. Je me sens trahie et stupide », a-t-elle écrit, toujours par SMS. Le jeune garçon s’est finalement suicidé le 12 juillet 2014. A la barre, Michael Bates, un policier venu témoigner, a lu une autre série de messages. On y découvre Conrad expliquer à son amie qu’il est en colère « à cause du passé et de ses regrets ». « Suicide-toi ? », répond Michelle. « Tu crois que je dois le faire ? », enchaîne l’adolescent.

"Je me rends compte que je suis juste… trop gentil"

Jeudi, le procureur a fait le portrait de l’accusée, une fille manipulatrice et cruelle. Selon lui, Michelle Carter essayait d’attirer l’attention sur elle en endossant le rôle de la « veuve éplorée ». Elle encourt 20 ans de prison si elle est déclarée coupable d’homicide involontaire. Elle plaide cependant non coupable. Ses avocats affirment que Conrad avait l’intention de se suicider depuis des années. Deux ans avant de mettre fin à ses jours, Conrad avait déjà essayé de se suicider en avalant des médicaments.
Une vidéo a également été diffusée jeudi lors du procès. Une vidéo découverte dans son ordinateur après la mort de l’adolescent et enregistrée le 13 juin 2014, soit un mois avant son suicide. « Ici Conrad Henry Roy III qui vous parle de ce qui me traverse l’esprit et me passe par la tête ces derniers jours. J’essaye tellement d’aller mieux mais j’en fais trop en peu de temps », explique-t-il. Et alors qu’il explique comment il espère s’en sortir et aller mieux, il confie également ne se voir que de façon négative. « Je me vois comme quelqu’un qui n’aura jamais de succès, ni de vie, ni d’enfants, qui n’apprendra jamais… Mais j’ai tant à offrir. Je suis un introverti, mais aimant et gentil. Je suis un enfant sympa. Mais parfois, je me rends compte que je suis juste… trop gentil », commente-t-il.
Le couple s’était rencontré en Floride en 2012 mais ne s’était vu en personne qu’à de très rares reprises alors qu’ils ne vivaient qu’à quelques kilomètres l’un de l’autre. Ils communiquaient principalement par SMS et par téléphone.

Parismatch.com