Concert à Nouakchott, Coumba Gawlo fait le plein au stade de Sebkha

, par  masterEveil , popularité : 11%

Alliant rencontres intellectuelles et détentes musicales, Coumba Gawlo en tournée en Mauritanie dans le cadre de »African Tour 2018″, du 17 au 21 juillet dernier à Nouakchott, a satisfait l’attente du public mauritanien en termes de sensibilisation sur des thèmes liés aux objectifs du Projet Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (SWEDD), avec des messages forts, et en termes de spectacles. Le dernier concert qu’elle a animé à Sebkha samedi 21 juillet, avait attiré une foule en majorité jeune, estimée entre 2.500 et 3.000 personnes.

Clou de sa tournée à Nouakchott, dans le cadre du « Coumba Gawlo African Tour 2018« , l’artiste sénégalaise et ambassadrice de bonne volonté du Système des Nations Unies a rempli le Stade de Sebkha, au cours d’un méga-concert gratuit qui a réuni environ trois milliers de personnes, en majorité jeune.

Le choix du département de Sebkha, l’une des zones les plus difficiles de Nouakchott, ne serait pas fortuit. Ici, la scolarisation des filles, les mariages des enfants, l’insertion professionnelle et l’emploi des jeunes, l’immigration clandestine, l’indépendance financière des femmes et les violences basées sur le genre, des thèmes développés par Coumba Gawlo durant ses différentes activités, sont d’actualité. En effet, Sebkha est réputé être l’un des départements les plus populeux et les plus dangereux de Nouakchott. La déperdition scolaire, l’extrême pauvreté des ménages à dominance noirs, négro-africains et Harratines essentiellement, avec d’écrasantes communautés étrangères représentant les différents pays de la sous-région, constituent un coktail-molotov où prolifèrent prostitution, maisons closes, commerces de stupéfiants et de soumsoum, délinquance urbaine et violences à la chaîne. Aussi, les messages pertinents que Coumba Gawlo a distillé, au cours du concert musical qu’elle a organisé à Sebkha, a trouvé preneur.

« Restez ici dans votre pays, ne partez pas ailleurs, travailler chez vous au lieu de vivre la déperdition à l’étranger, construisez votre avenir et celui de votre pays » a-t-elle scandé, emportée dans sa ferveur par des milliers de bras levés au ciel, dans un décor féérique décuplé par les néons qui ont éclairé l’obscur stade de Sebkha, plusieurs fois plongé dans le noir à cause de délestages intempestifs qui ont fini par être maîtrisés.

D’ores et déjà, les jeunes de Sebkha pourront profiter dès lundi 23 juillet, d’un centre culturel rénové et équipé, don de l’OIM, où ils pourront développer leurs prédispositions sportives et culturelles. L’annonce en a été faite au cours de la soirée.

Quoiqu’il en soit, le discours de Coumba Gawlo a sans doute plu à ses partenaires qui la suivent depuis des jours dans ses activités, notamment l’Organisation internationale de la Migration (OIM) et l’UNFPA, mais aussi l‘OMS, l’UNICEF, l’ONUSIDA, l’USAID, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, et également ses partenaires du privé, Tasiast, Mauritel, MCM, SOBOMA, et SEMEGA qui l’avait habillée, elle et son orchestre. Il faut dire que l’artiste a fait déplacer une trentaine de personnes qui ont rejoint Nouakchott à bord d’un bus, sans compter les membres de son staff.

La petite ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF, Khoudia (15 ans), la coqueluche des jeunes, Seydou Nourou Guèye, et Mouna Mint Dendeni, des artistes locaux, avaient ouvert le concert, chauffant la scène, avant la prestation de la Diva de la musique sénégalaise, Coumba Gawlo, dont les tubes fétiches ont enflammé le stade jusqu’à une heure avancée de la nuit.

Cheikh Aïdara
Pour plus de photos


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)