Corruption au sommet de l’Etat : L’opposition exige une punition

, par  masterEveil , popularité : 16%

Une tentative de corruption survenue au sommet de l’Etat et impliquant, selon des sénateurs, le Président de la République Ould Abdel Aziz, qui a évoqué personnellement le sujet à des médias étrangers, fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps, suscitant de la part du forum de l’opposition, une réaction, selon laquelle, l Chef de l’Etat mérite une punition. Tout a commencé, que Ould Abdel Aziz a accusé, lors d’une rencontre avec des sénateurs de sa majorité présidentielle, le groupe français Bolloré d’avoir tenté de le corrompre pour obtenir la gestion du trafic au Port de l’Amitié de Nouakchott. Le président avait tapé très fort sur la table de réunion en signe de confirmation qu’un responsable de Bolloré lui a bien proposé une somme de 10 millions d’Euros de pots-de-vin, avaient révélé des sources, Ould Abdel Aziz illustrait dans ses explications aux sénateurs, l’attitude de mépris des pays d’occidentaux à l’égard de la Mauritanie dont son accusation de violations des Droits de l’homme et de pratique de l’esclavage, en réaction au refus de la Mauritanie de leurs ambitions hégémoniques et économiques. Le Groupe Bolloré, rappelle-t-on est spécialisé dans le Transport et la logistique, la Communication et le Stockage d’électricité et Solutions.

Le Chef de l’Etat mérite une punition

Le Président mauritanien mérite la punition, en vertu de la loi contre la corruption n° 014/2016, pour avoir reçu une proposition de corruption de l’homme d’affaires français, estime le FNDU. L’opinion s’impatience de voir le Chef de l’Etat faire une mise au point ou démentir ces charges, qui sont fortement préjudiciables à la réputation et à l’honneur de n’importe quelle personne, à fortiori à un Chef d’Etat, auquel, on propose explicitement un bakchich fixé, sans que cela conduise à des poursuites judicaires ou des sanctions, selon le forum. Tout le monde est unanime sur l’absence de discrétion chez le Président et son proche entourage, dans la collecte des biens à travers la corruption, l’entreprenariat, la courtisanerie et même dans la collecte des ordures, ajoute le communiqué.

Un député exige une enquête

Le député de Tawwasoul Mohamed Ghoulam Ould Hadj Cheikh a requis l’ouverture d’une enquête sur les propos du Président de la République, relatifs à cette tentative de corruption. « Le ministre de l’économie et des finances doit diligenter une enquête sur ce scandale » a-t-il dit, au cours de délibérations organisées à l’Assemblée nationale sur la loi rectificative initiale 2017. « Le système s’est illustré par la corruption et le favoritisme » attestant ses propos, par les dépenses faites par le Chef de l’Etat au cours de ses actuelles vacances dans la wilaya de Tiris Zemmour. « La Mauritanie est au bas du classement mondial de l’indicateur de transparence et se trouve même derrière des Etats minés par les guerres et les catastrophes » a-t-il conclu.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)