De Nouakchott, Coumba Gawlo plaide pour le développement du Sahel

, par  masterEveil , popularité : 23%

En tournée en Mauritanie dans le cadre de la 12ème édition de l’African Tour 2018, la Diva de la chanson sénégalaise et ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies, Coumba Gawlo, était face à la presse à Nouakchott, le mercredi 18 juillet 2018. Au menu, un plaidoyer argumenté sur l’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel, des thèmes qui ponctueront, jusqu’au 21 juillet prochain, ses activités en terre mauritanienne.

Dans le cadre de l’African Tour 2018 et un séjour de quatre jours en Mauritanie, du 18 au 21 juillet 2018 avec l’ensemble de son équipe, Coumba Gawlo, artiste et ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies, a animé mercredi dernier à Nouakchott, une conférence de presse à laquelle a pris part près d’une trentaine de médias mauritaniens et étrangers, presse écrite et audiovisuel. La rencontre, ponctuée d’anecdotes et de boutades, dans une atmosphère de franches cordialités, a été marquée par l’intervention de Coumba qui a expliqué à son public le contenu du programme de sa tournée, soulignant que l’objectif est de lancer un plaidoyer en faveur de l’autonomisation des femmes et le dividende démographique, deux thèmes majeurs qui constituent le combat que mènent les six pays membres du projet SWEDD au Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Tchad).

Elle a plaidé notamment pour l’espacement des naissances, l’indépendance économique de la femme, la scolarisation des filles, le retard de l’âge nuptial pour lutter contre le mariage des enfants, tout en indiquant le combat inlassable qu’elle mène depuis des années pour combattre d’autres pratiques traditionnelles néfastes, comme les mutilations génitales féminines, mais aussi les violences basées sur le genre.

Comme support de sa lutte, sa voix et son image, mais aussi son sens de leadership qui l’a poussée à fédérer d’autres artistes du continent dans ce combat pour la dignité et les droits des femmes, mais aussi des enfants.

Après cette introduction, Coumba Gawlo a répondu aux questions de la presse qui ont porté, entre autres, sur le taux élevé de la fécondité en Afrique, sur son expérience de terrain face aux réticences de communautés africaines réfractaires aux changements supposés exportés d’Occident, mais aussi face aux gardiens du temple de la tradition qui refusent de délaisser ce qu’ils considèrent être l’héritage des ancêtres, comme l’excision des filles et l’honneur d’avoir des familles nombreuses…Autant de pesanteurs qui l’ont amené à évoquer des victoires arrachées ici et là, au gré de ses combats, notamment au Niger et dans les profondeurs du Sénégal.

Coumba Gawlo était entourée, durant sa rencontre avec la presse, de deux artistes mauritaniens, Syedou Nourou et Mouna Mint Dendenni, mais aussi la jeune ambassadrice de bonne volonté de l’Unicef, Khoudia (15 ans).

Avaient assisté à la rencontre plusieurs parmi ses partenaires, notamment le Représentant de l’UNFPA en Mauritanie, SEM.Saidou Kaboré et ses collaborateurs, des représentants d’autres agences des Nations Unies qui l’accompagnent dans cette tournée, OIM, UNICEF, Haut-Commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme, OMS et ONUSIDA, ainsi que des entreprises locales, Tasiast, Mauritel et Soboma.

Au programme de la tournée mauritanienne de Coumba Gawlo, un forum sur le thème du projet SWWEDD, un dîner-gala et un concert populaire au stade de Sebkha.

Cheikh Aïdara
Lauthentic.info


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)