De la démocratie sans l’opposition à la démocratie avec l’opposition

, par  masterEveil , popularité : 99%

Les rapports de force entre le pouvoir et l’opposition au cours des 15 dernières années, voire depuis les tentatives mal ficelées du multipartisme en Mauritanie, ont été constamment caractérisés par une exclusion de l’opposition, voire une répression des contrepouvoirs parfois violente.
Une démocratie demeurée biaisée jusqu’à ce jour mais qui pourrait à moyen et long terme faire passer le multipartisme expéditif de l’opposition à l’Etat de droit consacrant le droit de la minorité politique.
Ce que montre aujourd’hui timidement le pouvoir sous le Président de la République Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, qui a redonné l’espoir au dialogue pouvoir-opposition, à la concertation et à l’ouverture.
En effet, le principal actif politique qu’on peut déjà tirer de ses premiers 100 jours à la tête du pouvoir est d’avoir affiché sa ferme volonté de rompre avec la sacrosainte règle de piétinement de l’opposition et de son exclusion des affaires publiques, en recevant un à un les leaders de l’opposition, à travers les 4 candidats malheureux des dernières élections présidentielles.
Des candidats qui n’ont pas manqué de louer dans leur sortie médiatique cette démarche inédite en construction du pouvoir mauritanien, restée principalement le maillon faible des régimes antérieurs, en particulier de l’ex Président Ould Abdel Aziz, sous le règne duquel, des opposants ont été jetés en prison.
En effet, le président Mohamed ould Cheikh El Ghazouani qui s’était entretenu fin octobre dernier avec Kane Hamidou Baba, de la Coalition Vivre Ensemble (CVE), mouvance négro-africaine de Mauritanie, avait bien reçu avant lui, plusieurs leaders de l’opposition : Ahmed ould Daddah-Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD), Mohamed ould Maouloud-Union des Forces de Progrès (UFP) ainsi que le député Biram Dah Abeid, leader de l’Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA).

Ahmed Ould Daddah, Mohamed Ould Maouloud, Sidi Mohamed Ould Boubacar et Biram Ould Dah Ould Abeid.

L’audience, entre le chef de l’Etat mauritanien et Kane Hamidou Baba a porté quasiment sur les mêmes questions que les discussions que Ould Ghazouani a eu avec les autres candidats malheureux et le président du RFD Ould Daddah :
mesures d’apaisement post électorales, questions liées à l’unité nationale et à la cohésion sociale et économiques, les problèmes de développement et les perspectives gazières.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)