Débat autour de la jeunesse et l’emploi en Mauritanie. (Communiqué)

, par  masterEveil , popularité : 0%

Le Collectif des Cadres Mauritaniens Expatriés (CCME) a organisé samedi 5 décembre 2020 une conférence-débat virtuelle sous le thème « Insertion, formation et emploi : quelles perspectives pour les jeunes en Mauritanie ? ». 

La conférence a été co-animée par un panel composé de Dr. Moussa Bathily BA, Expert international, membre du CCME et Dr. Taleb Ould SID’AHMED, Ministre de l’Emploi, de la Jeunesse et des Sports et modérée par Dr. Abdoulaye DIAGANA Expert international, membre du CCME.

Le diagnostic établi par le Dr Moussa Bathily Ba met en évidence une situation caractérisée par la présence d’une multitude de projets dans une relative dispersion. L’expert a invité les décideurs à réorganiser le secteur pour se donner plus de visibilité. Il a en outre formulé quelques recommandations parmi lesquelles (i) une étude pour un meilleur encadrement des jeunes filles, (ii) la restructuration du Haut Conseil de la Jeunesse loin de toutes velléités de politisation, (iii) la récupération des décrochés scolaires en leur offrant plus d’opportunités de formation, (iv) l’instauration d’un Revenu Minimum d’Insertion…

En écho aux propos de l’expert, le Ministre de l’Emploi, de la Jeunesse et des Sports M. Taleb Ould Sid’Ahmed a invité à considérer la situation de l’emploi des jeunes sans langue de bois. Et cela commence par disposer de données fiables. En attendant, les chiffres disponibles estiment à 60% le taux de chômage chez les plus de 35 ans. Ce taux s’explique en partie par le fait que 45% des enfants de Mauritanie n’arrivent pas au baccalauréat. Et parmi ce taux, seuls 10% réussissent l’examen. Le ministre a déploré le fait que certains métiers comme ceux de l’agriculture, de la pêche ou du BTP soient considérés comme dévalorisants et laissés à la merci de la main d’œuvre étrangère.

Autre frein au plein emploi des jeunes, le manque de formation professionnelle et technique. Plusieurs entreprises du secteur minier n’arrivent pas à remplir leurs obligations en termes de contenu local (quota d’emplois réservés aux nationaux) en raison d’un manque de candidats qualifiés.

En réponse à cette situation, M. Taleb Ould Sid’Ahmed annoncé la refonte prochaine de l’ANAPEJ dont le bilan n’est pas satisfaisant (seulement 18% de taux de recouvrement des crédits). Il a également annoncé que d’ores et déjà une cellule de coordination des projets a été créée pour éviter les doublons. Il a annoncé plusieurs initiatives dont « Mon projet, Mon avenir », le projet Mehenti axé sur la formation professionnelle et qui devrait former 1000 jeunes aux métiers du BTP.

Cette conférence est la seconde de la série de conférences virtuelles lancées par le CCME. La première avait porté sur le thème « La Mauritanie dans l’ère Post-Covid-19 : Quel modèle de développement ? Enjeux et perspectives ».

La manifestation a fait l’objet d’une large diffusion en Mauritanie et au sein de la diaspora -notamment sur Chinguitty TV et via les réseaux sociaux. Les exposés introductifs des deux panélistes ont été suivis d’un débat de haut niveau impliquant un nombre important d’experts et d’acteurs nationaux, spécialistes des politiques et stratégies d’insertion des jeunes dans le marché du travail.

La Commission de Communication


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)