Déclaration : Observations sur les résolutions du dialogue inclusif national

, par  masterEveil , popularité : 12%

Les FPC n’ont pu honorer de leur présence à la cérémonie de clôture du dialogue national inclusif pour des raisons de hoquets dans l’organisation.
Elles se félicitent, néanmoins, de leur participation active à ces échanges et se réjouissent de l’esprit ayant entouré les débats.
Elles souscrivent à certaines résolutions positives du draft final, formulées avec clarté et pragmatisme dont la restructuration et l’ouverture des médias à tous pour refléter notre diversité culturelle, la restructuration des missions et programmes de l’agence Tadamoun, la représentation au parlement des Mauritaniens de la diaspora, la refondation de l’école, l’instauration du service civique obligatoire, l’adoption des conseils régionaux pour une décentralisation poussée, la suppression du Sénat, le maintien du plafond de l’âge des candidats à la charge suprême à 75 ans, le rejet de la tentative de modification du nombre de mandats présidentiels...
Elles déplorent toutefois que certaines autres résolutions soient évasives ou de caractère général et, donc, avec peu de visibilité pour leur application pratique, et que d’autres, enfin, soient restées vides ou laissées en l’état, telle celle relative au passif humanitaire ou à la réforme foncière.

Pour remédier à ces insuffisances, les représentants du PMC-Arc-en-ciel et des FPC membres de la commission de synthèse, apposant leurs réserves, avaient exigé, pour le volet "unité nationale", les formulations ci-après, à inclure dans le draft final :

- Non pas la promotion mais l’enseignement et l’officialisation des langues nationales wolof, pulaar, bambara et soninké ;
- Le réajustement, dans leur composition, des commissions régionales et de supervision de l’enrôlement des citoyens pour les rendre plus représentatives de la diversité des composantes nationales ;
- Le retour, à terme, de la gestion de l’état civil aux communes ;
- La poursuite du processus de règlement du "Passif humanitaire" : indemnisations, retour des réfugiés du Mali, justice transitionnelle ;
- L’application d’une réforme foncière qui reconnaisse le droit de propriété, à tout le pays ;
- L’égal traitement de toutes les langues et cultures nationales dans les médias publics.
LES FPC attendent l’approfondissement et la mise en œuvre de ces résolutions qu’elles espèrent dictées par une volonté politique réelle ;
Elles réaffirment leur résolution à poursuivre leur engagement à se saisir de toutes les opportunités pour faire avancer le règlement des défis de la cohabitation de nos composantes nationales qui, pour être apaisée et harmonieuse, doit être fondée sur la justice, la liberté et l’égale dignité.

La lutte continue !

Le département à la communication.

Nouakchott le 22 octobre 2016