Depuis 40 ans, le Maroc et l’Algérie évitent la guerre (ancien ministre mauritanien)

, par  masterEveil , popularité : 9%

Le Maroc et l’Algérie ont montré depuis 40 ans un leadership extrêmement responsable qui a évité la guerre entre eux et j’espère que ça va continuer jusqu’à un règlement satisfaisant pour tout le monde de la question du Sahara, a déclaré vendredi l’ancien ministre des affaires étrangères mauritanien, Ahmedou Ould Abdallah.

Se prononçant sur l’invitation au dialogue du Maroc à l’Algérie lancé par le roi Mohammed VI, Ould Abdallah a précisé, en marge de la 7e édition de la conférence internationale Atlantic Dialogues, qui se tient à Marrakech du 13 au 15 décembre, qu’ »une main tendue est toujours très bonne chose. Dans le contexte actuel de notre conférence, ici, où nous sommes préoccupés par les questions internationales comme l’OTAN, le commerce internationale… le fait de mentionner les relations Algérie-Maroc est extrêmement important ».

« Parce que nous discutons aujourd’hui de la paix, dans la région, en Afrique et dans le monde, il est tout à fait intéressant et important que la paix commence d’abord à la maison. Donc, entre les pays du Maghreb et entre les maghrébins et les pays de la zone sahélienne » a-t-il ajouté.

Selon l’ancien chef de la diplomatie de la Mauritanie et directeur du think tank C4S, « il est très important de noter que, contrairement à d’autres pays, les relations entre le Maroc et l’Algérie, sur le plan par exemple aérien, humain et de la représentation diplomatique, elles ne sont pas rompues. Au contraire, elles se développent. On peut souhaiter mieux… l’ouverture des frontières et, en particulier, les échanges entre personnes et entre produits ».

« Je ne veux tourner trop autour du pot. Il y a la question du Sahara qui est un problème complexe. Les deux pays ont montré depuis 40 ans un leadership extrêmement responsable qui a évité la guerre entre eux et j’espère que ça va continuer jusqu’à un règlement satisfaisant pour tout le monde », a-t-il conclu.

moroccomail.fr/


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)