Des sénateurs entendent traduire le président Aziz devant la Haute Cour de Justice (Ghadda)

, par  masterEveil

Un sénateur de l’opposition a révélé que des membres de cette haute chambre du Parlement étudient la possibilité de traduire le président Mohamed Ould Abdelaziz devant la Haute Cour de Justice pour « haute trahison », a-t-il soutenu jeudi lors d’un débat sur les amendements constitutionnels.
Le Sénateur Ould Ghadda qui s’exprimait au cours du débat sur les amendements constitutionnels envisagés par le président Mohamed Ould Abdelaziz lors d’un futur référendum a souligné que l’introduction de cette mesure est une sérieuse éventualité envisagée par un quorum de sénateurs membres de cette Haute Cour de Justice lors de la prochaine session du Parlement.
Néanmoins, le sénateur a indiqué qu’il tenait à consulter les constitutionnalistes présents sur l’opportunité légale d’action de la haute cour de justice étant entendu que d’autres membres de cette instance chargée de juger le président était composée par d’autres membres représentants l’Assemblée nationale.
S’agissant de la justification légale, le sénateur a indiqué que le président Mohamed Ould Abdelaziz se rend coupable de haute trahison en tentant de violer la Constitution par le référendum envisageant de dissoudre illégalement une chambre du Parlement usant d’un référendum manifestement irrégulier.
Rétorquant au sujet de cette dissolution programmée de la haute chambre du Parlement, le sénateur a en outre expliqué que les sénateurs frondeurs ont agi par souci « de respect des institutions constitutionnelles, par patriotisme et pour préserver leur dignité » bafouée par le chef de l’Etat.
Notons que ces propos ont été tenus par le sénateur Ould Ghadda dans le cadre d’une intervention dans le débat organisé par le forum national pour la démocratie et l’unité (Fndu, opposition).
Mauriweb