Dialogue politique : Vers un consensus au goût d’inachevé

, par  masterEveil , popularité : 21%

C’est parti pour le dialogue politique intermauritanien, inauguré sans le forum d’opposition. Plus consolidé et diversifié que celui d’octobre 2011, les concertations qui sont entrées cette semaine dans les phases d’ateliers, devant aboutir dans quelques jours à des conclusions, ont été marquées par l’entrée en force des négromauritaniens, avec la participation du parti Arc-en ciel et des FPC, de Thiam Samba.
Partant des assurances faites publiquement par le Président mauritanien, selon lequel, les partiicpants à ce dialogue ont privilégié l’intérêt général et contribué par leurs avis, opinions et idées pour lui garantir une meilleure préparation, tout porte à croire, qu’un consensus au goût d’inachevé est à porter de main.
En effet, avec l’absence du forum d’opposition et l’éventualité d’une recommandation demandant l’amendement de la constitution et la prolongation du mandat présidentiel, le présent dialogue donne l’impression d’un jeu politique malsain dont les contours avaient été préétablis.
Toutefois, pour éviter les préjugés et donner un jugement sur une cause politique cautionnée par de nombreux acteurs qui y voient une issue relativement meilleure que l’impasse persistante depuis des années, il faut prendre son mal en patience en attendant les résultats définitifs de ces pourparlers décisifs, ouverts à toute participation jusqu’au dernier jour.
A proprement dit, les ateliers de travail du dialogue national inclusif, ouvert jeudi par le Président de la République, avaient débuté lundi dernier au centre des conférences internationales de Nouakchott.
Au total 600 participants, issus de 70 partis politiques de la majorité présidentielle de 28 de l’opposition, de 24 centrales syndicales et de 90 des organisations de la société civile ainsi que des personnalités indépendantes et des représentants des mauritaniens de l’étranger, selon un communiqué publié par la commission de presse du dialogue.
Le document précise que ces ateliers sont le fruit des longues discussions entre les acteurs politiques qui ont permet de surmonter les difficultés et d’ouvrir la voie au dialogue sur lequel les mauritaniens fondent de grands espoirs afin propulser le pays sur le chemin du progrès et du développement.
Après la cérémonie d’ouverture, les participants se sont scindés en quatre ateliers de travail dont chacun est modéré conjointement par un représentant de la majorité présidentielle et un second de l’opposition.
Ces ateliers portent sur les questions politiques et électorales (i), les réformes constitutionnelles (ii), le renforcement de l’Etat de droit et de la justice sociale (iii) et la gouvernance économique et financière (iv).