Droit de réponse : Pantalonnade exécrable du "brillant" avocat et professeur d’université, Lô Gourmo

, par  masterEveil , popularité : 10%

La sortie malencontreuse du professeur Lô Gourmo contre le discours du président Balas à l’ouverture du dialogue national inclusif dénote d’une bassesse et d’une jalousie indignes de son auteur dont, pourtant, les rapports avec le leader du PMC Arc-en-ciel sont profonds et forts anciens.

Comment en effet l’éminent avocat des causes perdues et professeur des universités françaises et mauritaniennes, le sieur Lô Gourmo, prend-il le risque de nager à contre courant poussant le ridicule jusqu’à dénier aux milliers d’admirateurs leur droit à exprimer librement leur opinion ?

C’est ainsi que notre politicard n’hésite pas à affirmer, nous citons : « …je ne partage pas du tout l’engouement voire la ferveur de nombre des commentaires venant d’en dehors des rangs du pouvoir. » Et pourtant notre éminent professeur reconnait sans ambages que :

« Des faits incontestables ont été cités surtout, à raison, ceux qui touchent les populations devenues de plus en plus, les plus vulnérables du pays, à savoir, les Hrattines et les négro-africains. » et d’ajouter : « La description est imagée, colorée et touche les esprits et les cœurs. Bref, par de nombreux aspects, le discours a fait mouche et suscite compassion pour les victimes et indignation à l’encontre des responsables. »

Comment alors après tout ce satisfécit Docteur Lô Gourmo, ose-t-il alors qualifier ce discours historique en parlant « de sa grande théâtralité » ?

Ces contradictions flagrantes et cette mauvaise foi sont indignes d’un responsable politique de la trempe du professeur Gourmo Lô.

Mais, quoiqu’il en soit, ce ne sont pas des coups bas politiques du genre, malgré leur bassesse inouïe qui vont déstabiliser le président Balas qui, avec ce fameux discours du 29 septembre est entré dans l’histoire par la grande porte et à été le porte parole de tous les sans voix de la mauritanie.

Ce coup de maître ne pouvait certainement pas plaire aux ténors de la politique politicienne et autres censeurs de la question nationale.

Certes, le président Balas a beaucoup d’estime pour les dirigeants de l’UFP et notamment Son frère et ami Ba Boubakar Moussa, l’égérie Kadjata Malik Diallo et son ton nouveau camarade Ould Mouloud…mais hélas, ces honorables messieurs, " L’institution " UFP, n’arrivent toujours pas à digérer l’épisode de l’opposition acharné du président Balas à la proposition de Mohamed Ould Khlil comme Secrétaire Exécutif du FNDU.

Et pourtant, les arguments avancés par Le président Balas pour exprimer son refus, et qui avaient provoqués le COURROUX de Ould Maouloud, connu de tous pour son calme olympien et qui avait poussé ce dernier à bouder la réunion en claquant bruyamment la porte, sont très solides.

En effet ce Ould Khlil est l’un des acteurs des tristement célèbres événements de 1989, alors qu’il était préfet de Boghé.

Dans le village de Mbagnou Bodj, situé dans les environs de cette ville, Ould Khlil avait supervisé des exactions de l’armée et pire encore, il n’avait pas hésité à donner les ordres aux militaires de bruler les troncs d’arbres qui recouvraient les tombes dans le cimetière et ceux qui constituaient la toiture de la mosquée, pour les transformer en charbon de bois et les revendre.

Voilà sans nul doute le secret de ce déchainement subit et inopportun du professeur Gourmo contre le président Balas dont le seul tort est de vouloir se battre contre les injustices et contribuer à résorber les écueils qui minent l’unité et la cohésion nationales.

Nouakchott le, 05/09/2016

Parti Mauritanien du Concret, Arc-en-ciel
Section Communication


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)