Echos et confidences 16 avril 2013

, popularité : 21%

- Selon certaines sources, il semble que la médiation entamée par l’ex ministre des affaires étrangères du Sénégal Cheikh Tijane Gadio entre le Président Mauritanien et l’homme d’affaires Ould Bouamatou n’aurait pas porté des fruits. Les deux hommes campent sur leurs positions et rien ne peut arrêter cette surenchère. Il faut noter que l’homme d’affaires et Banquier Mohamed Ould Bouamatou dispose d’un large soutien au sein de l’opinion publique et même de certains partis politiques, et des organisations de la société civile. Il faut également souligner que plusieurs centrales syndicales de la place ont publié des communiqués pour dénoncer l’attitude du pouvoir et apporter un soutien à celui qui est présenté aujourd’hui comme une victime du système de Aziz. Pour ces syndicalistes, la question des impôts n’est qu’un prétexte brandi par le pouvoir pour réprimer et briser certains hommes d’affaires qui ne veulent pas plier l’échine. En outre, ils estiment que le pouvoir utilise la Banque Centrale de Mauritanie, la police et tous les instruments de l’État pour museler ceux qui ont une velléité d’indépendance et surtout de réussite. 

- Après le départ des trois partis (Adil, MPR, RD) de la Majorité présidentielle, il semble qu’un certain malaise s’est installé au sein de celle-ci. On suppute que malgré le fait que l’UPR demeure le parti principal au sein de cette coalition, il n’en demeure pas moins qu’il est affaibli avec l’érosion de certaines structures. Il faut rappeler qu’avant ces partis, d’autres avaient déjà claqué la porte et certains se sont inscrits dans l’opposition au gouvernement de Mohamed Ould Abdel Aziz. Quelques militants et cadres du parti Etat, se posent des questions sur cette hémorragie qui mine la majorité présidentielle et veulent savoir pourquoi une telle saignée et ce qu’il faut faire pour l’arrêter. Un responsable de la Majorité sous le couvert de l’anonymat souligne que ceux qui quittent la Majorité s’opposent en fait au gouvernement et renforcent objectivement l’opposition dans sa lutte contre le pouvoir. Il a indiqué que la direction du parti doit prendre ses responsabilités et faire face à la situation qui prévaut en essayant d’attirer le plus de membres et des partis au sein de la majorité. Et de conclure : "on doit renfoncer le parti et ne pas mépriser les autres." 

- Sur un autre plan par contre, certains militants de formations qui ont quitté la Majorité font face à une" certaine fronde de ceux qu’Ils qualifient pudiquement "les opportunistes". On a vu par exemple au parti de Kane Hamidou Baba, le porte-parole des frondeurs prenant la parole pour fustiger et dénoncer la décision du parti de quitter la majorité présidentielle. Pour ce dernier, « cette prise de position est unilatérale et n’engage que le Président du MPR. "Nous restons à la majorité et nous soutenons la politique du Président Mohamed Ould Abdel Aziz » a-t-il martelé avant d’ajouter que la majorité de son parti a la même position et que la direction du parti est isolée et par conséquent, elle ne peut prendre aucune décision importante, je répété qu’elle est minoritaire."Le parti Adil connait les mêmes soubresauts en faisant face également à une certaine contestation. Il semble que d’ores et déjà certains membres de ADIL qui ont combattu Yahya ould Waghf ont été récompensés par des nominations, d’autres attendent leur tour et piaffent d’impatience en critiquant avec véhémence leurs anciens amis pour plaire au parti Etat, et au gouvernement dans l’espoir de trouver un strapontin, selon un responsable politique qui s’est détaché de la Majorité présidentielle.

- Qu’est-ce qui se passe dans la composante haratine de notre pays ? Selon certaines sources bien informées, la semaine prochaine, précisément, le lundi 29 Avril 2013, il y’ aura la publication du Manifeste pour les droits politiques, économiques, et sociaux des Haratines. Les auteurs de ce document comptent par conséquent mettre en exergue la situation socio-politique de cette importante communauté de notre pays qui joue un rôle essentiel dans la politique et l’économie de notre pays. Il faut reconnaitre que grâce à leur lutte avec toutes les forces démocratiques, les haratines ont obtenu des avancées non négligeables. Avec la diffusion de ce manifeste les haratines vont davantage fixer des points essentiels et dresser des perspectives pour la lutte sans complaisance contre toutes les formes d’esclavage. Aprés le Manifeste du négro mauritanien voilà, c’est au tour des Haratines de se projeter en avant surtout qu’il semble que cette feuille de route est un fruit d’un consensus entre toutes les organisations des haratines malgré leurs différences. L’essentiel, ce sont les retrouvailles. Les prochains jours vont nous donner des indications plus précises avec la publication du document.(Affaire à suivre )

Navigation


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)