Elan anti - référendaire : Le Forum privilégie la participation active au boycott

, par  masterEveil

Le Forum National pour la l’Unité et la Démocratie (FNDU) est résolument engagé à faire échouer le référendum sur les amendements constitutionnels, qui suscite depuis des semaines, de la part du parti au pouvoir et de la majorité présidentielle, une forte mobilisation à Nouakchott et à l’intérieur du pays, marquée par la floraison d’initiatives de soutien à cette consultation populaire.
Le Forum qui n’est encore qu’au début de son élan ferme d’hostilité contre ces amendements constitutionnels, favorisant l’option de la participation active à l’option infructueuse du boycott, a déjà appelé ses militants et sympathisants à s’inscrire sur les listes électorales.
Le week-end dernier, le collectif des partis de l’opposition était au rendez-vous de ses premiers grands meetings antiréférendaire, organisées dans la capitale Nouakchott.

Appel des citoyens à se faire inscrire sur les listes électorales

Le plus grand rassemblement de l’opposition a appelé tous les mauritaniens à se faire enregistrer sur les listes électorales en prévision de prochain referendum le 15 juillet prochain, qualifiant cette inscription, de meilleur moyen pour voter contre cette consultation.
Le forum a requis également, une révision transparente et consensuelle du dossier électoral, l’établissement d’une liste complète à laquelle seront associées toutes les forces politiques et sociales jusqu’à ce que chaque citoyen puisse exercer son droit à l’expression de sa volonté.
Pour le FNDU toute élection sans une révision du dossier électoral et l’établissement d’une liste électorale compète, ne saurait être crédible ni traduire la volonté des citoyens, qualifiant le recensement complémentaire à caractère électoral, lancé dernièrement par la CENI, de parodie.

Meetings de Nouakchott

« Le pouvoir mauritanien s’est montré incapable de trouver des solutions aux problèmes et souffrances des populations », a déclaré le président en exercice du Forum Mohamed Jemil Ould Mansour, au cours du meeting organisé samedi dernier à Dar Naim
Les secteurs de la santé, de l’enseignement, de l’hydraulique, de l’électricité, de la sécurité, parmi tant d’autres sont au point-mort, a-t-il dit, affirmant que le chef de l’Etat est occupé par les amendements constitutionnels, au moment où le pays croupit sous le fardeau des crises politiques.

Rumeurs sur un présumé décalage du référendum

Le gouvernement mauritanien aurait décidé de reculer le référendum en octobre prochain, révèlent des sources, selon lesquelles, il impossible de l’organiser à la date initialement fixée au samedi 15 juillet 2017.
Cette information se confirme, le recensement administratif à vocation électorale-complémentaire pourrait être prolongé d’un mois.
Toutefois, il faut souligner, que sur le terrain, le parti au pouvoir et la majorité présidentielle poursuivent sans relâche, leur forte mobilisation en perspective de ce référendum, dont la décision du forum d’y participer, contraint le pouvoir à décupler les efforts pour relever le défi d’une consultation controversée.