Encore de l’esclavage en Mauritanie

, par  masterEveil , popularité : 7%

Au centre de la photo, on peut voir Biram Dah Abeid, président de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste, entouré du directeur général du CS3R, Jean-Marc Lord, et Djeneba Diallo, à l’initiative de la section trifluvienne de l’IRA Mauritanie, ainsi que des membres du CS3R.

De passage à Trois-Rivières, Biram Dah Abeid, une figure mauritanienne de la défense des droits de l’homme et de la lutte contre l’esclavage, a visité le Comité de Solidarité/Trois-Rivières (CS3R) le 8 juin 2017 pour sensibiliser l’équipe de l’organisme communautaire à la situation en Mauritanie, notamment relative à l’esclavage.

Biram Dah Abeid s’est toute sa vie battu pour défendre les droits humains et pour lutter contre l’esclavage dans son pays, la Mauritanie. En effet, malgré son abolition en 1981, l’esclavage existe toujours bel et bien dans ce pays saharien d’Afrique de l’Ouest. Les chiffres donnent le vertige : d’après Biram Dah Abeid, 20% des quelque 3.8 millions d’habitants que compte le pays vivraient sous le joug de l’esclavage.

Lui-même descendant d’esclave, Biram Dah Abeid a refusé de se taire. Fondateur de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste en 2008, il a obtenu le prix des droits de l’homme des Nations unies en 2013. Ce véritable Spartacus subversif multiplie les coups d’éclat pour briser les menottes de l’esclavage qui enchaînent les Mauritaniens. Le 22 août 2015, Biram Dah Abeid a été arrêté puis condamné à purger une peine de deux ans de prison ferme sous l’accusation d’appartenance à une organisation non reconnue et rébellion. Il y restera 18 mois. Candidat symbolique à la présidentielle en 2014, il réitérera la démarche en 2019.

Le CS3R a fait savoir qu’une section IRA Mauritanie se développe à Trois-Rivières pour s’engager dans la lutte contre l’esclavage. Pour en savoir plus, il suffit de contacter l’organisme.

hebdojournal.com


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)