Frontière Sénégalo-mauritanienne : Panique après l’évasion d’un terroriste en Mauritanie

, par  Webmastrer , popularité : 2%

Il y a aussi affolement en Mauritanie et tout alentour, notamment au Sénégall. Il y a eu prison-break, depuis jeudi, d’un terroriste qui avait été condamné à mort en 2011 dans l’attentat manqué à la voiture piégée à Nouakchott qui « visait à assassiner » le président mauritanien, selon Al-Qaïda au Maghreb islamique qui l’avait revendiqué.
Le terroriste Cheikh Ould Saleck a apparemment eu tout le temps, dans l’après-midi jeudi 31 décembre 2015, pour préparer sa fuite, sans que cela n’éveille les soupçons de ses geôliers, laissant derrière lui l’emblème à l’effiigie d’Aqmi selon le site « Al akhbar ».
Ce n’est qu’à l’heure de la prière de nuit que ses codétenus remarquent son absence avant que ses geôliers ne soient alertés par cette disparition « mystérieuse ». Mieux, Cheikh Ould Saleck aurait même payé toutes ses dettes contractées en prison, preuve qu’il avait suffisamment d’argent. Mais le plus incroyable c’est que le détenu a voulu narguer les autorités en laissant derrière lui des messages pour rappeler son statut de combattant irréductible d’Al Qaeda. En effet, sur un agenda laissé sur place, il a écrit « Khaled Abou Al Abass » surnom donné au chef d’Aqmi dans la région, Mokhtar Belmokhtar. Il a également laissé dans sa cellule un drapeau et une chemise aux couleurs de la Garde nationale. Cheikh Ould Saleck a certainement profité de connivences.
Selon toujours « Al akhbar », une source proche de l’enquête a confié que la caméra de surveillance à l’extérieur de la prison a filmé, jeudi soir, deux femmes en burqa sortant de la prison à quelques minutes d’intervalles. Ould Saleck devait recevoir le même jour la visite de son épouse.
D’ailleurs, cette dernière a été arrêtée vendredi soir de même que la sœur du terroriste fugitif. En tout cas, c’est le branle-bas de combat en Mauritanie où les autorités ont lancé, hier dimanche, un avis de recherche à l’endroit des populations pour permettre l’arrestation de Cheikh Ould Saleck. Elles ont notamment diffusé des photos récentes du fugitif indiquant que c’est un « terroriste dangereux ». Elles en donnent aussi la filiation et une plus grande description physique. Les autorités ont également mis en circulation des contacts téléphoniques pour aider à son arrestation. A Nouakchott, gendarmes et policiers sont sur le pied de guerre. Les moyens déployés pour retrouver le terroriste sont jusqu’ici vains. Il est aussi à noter que chez le voisin sénégalais, des mesures sont prises et des moyens déployés à la frontière pour éventuellement intercepter le terroriste.

Dakaractu


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)