Gambie : l’opération de la Cédéao suspendue, nouvel ultimatum à Yahya Jammeh

, par  masterEveil

Yahya Jammeh a jusqu’à midi ce vendredi pour céder le pouvoir, faute de quoi la force envoyée par la Cédéao repassera à l’action. Les soldats, issus de cinq pays de la région, sont déjà positionnés sur le territoire gambien.

C’est un ultimatum. Yahya Jammeh, à la tête de la Gambie depuis 1994, a jusqu’à vendredi 20 janvier à midi pour accepter de céder le pouvoir et de quitter le pays, faute de quoi la force envoyée par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) entrera en action.

Les troupes sénégalaises et de quatre autres pays d’Afrique de l’Ouest sont intervenues jeudi en territoire gambien pour forcer Yahya Jammeh au départ, celui-ci refuse de céder la place au nouveau président Adama Barrow, contraint de prêter serment à l’ambassade de Gambie à Dakar.

L’opération, baptisée "Restaurer la démocratie", lancée officiellement peu après l’investiture de Barrow et le vote unanime d’une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU, a été suspendue quelques heures plus tard pour permettre une "dernière médiation" régionale afin de convaincre Jammeh de partir en exil.

"On a arrêté les opérations et on a donné un ultimatum" jusqu’à vendredi à midi, a déclaré à Dakar le président de la Cédéao, Marcel Alain de Souza.

Avec AFP