Hommage à Feu BÂ BOCAR TIJANE

, par  Webmastrer , popularité : 10%

La semaine écoulée disparaissait un grand pédagogue, un enseignant hors pair, un médiateur social. En effet BÂ BOCAR TIJANE, homme modeste, courtois et de commerce agréable était une personnalité connue pour son sens de dialogue et de tolérance.


Parmi les premiers instituteurs de notre pays, il a fréquenté la célèbre école de Sébikotane, au Sénégal, avec d’autres futurs dirigeants de l’Afrique indépendante. Dans cette école, il aura comme condisciple un certain ABDOULAYE WADE.

Il dira de ce dernier : « C’était un élève turbulent, qui aimait à jouer au meneur d’hommes, il n’hésitait pas à s’imposer comme remplaçant du maitre si d’aventure ce dernier s’absentait. Personne de ma génération ne sera surpris quand il deviendra Président de la république après avoir passé plusieurs fois dans les prisons sénégalaises ».

BA BOCAR TIJANE qui a tiré sa révérence à l’âge de 92 ans descend d’une lignée des érudits du Fouta, connue pour leur dévouement à l’islam qu’ils ont propagé dans plusieurs contrées du continent. Le brillant enseignant avait assimilé tout jeune

Le Saint Coran avant de fréquenter l’école française, où il sortira toujours major de sa promotion, racontait un de ses amis aujourd’hui disparu. Il gravira tous les échelons pour figurer également parmi les premiers inspecteurs d’enseignement primaire de la Mauritanie indépendante.

Dans les années 90, j’étais à Paris, en visite au siège de l’UNESCO, je rencontrais fortuitement un des directeurs adjoints de cette honorable institution qui était mauritanien. Ce dernier me salua rapidement et me dit : « je serai à vous dans quelques minutes ».

Quelques minutes plus tard, il viendra et m’amena dans un bureau présidentiel ; J’observais à gauche à droite les murs du plafond et quelle ne fut ma surprise lorsque j’ai aperçu collée au mur une photo de BA BOCAR TIJANE.

Constatant ma surprise, ce responsable me dira : « tu connais ce grand Monsieur ? Ce fut un de mes maitres à l’école primaire de Kiffa ? en vérité, pour moi, ce fut un maitre dans la vie, et c’est grâce à lui que je suis devenu enseignant et ... aujourd’hui à l’UNESCO ou je m’occupe du prix HOUPHOUEIT BOIGNY.

J’avais de l’admiration pour ce bel homme, toujours jovial, ouvert et à la disposition de tous. Il faut reconnaitre également ses qualités humaines, son amour pour sa contrée, et pour la Mauritanie, tout en demeurant un homme de principes qui n’a jamais accepté l’injustice et les inégalités ».

Il faut noter que l’humilité était une marque de cette personnalité. J’ai souvenir, quand il venait dans mon bureau, il disait : « Le planton est arrivé, plus grave, il est là avant le patron alors que ce dernier devrait donner l’exemple en venant à l’heure ».

BA BOCAR TIJANE a été Directeur de l’enseignement fondamental et a occupé d’autres hautes fonctions. Il a voulu l’efficacité au lieu du m’as-tu-vu.

Dans ce pays, où l’hygiène politique qui prévaut depuis fort longtemps est la compromission, ou simplement vendre son âme aux princes du moment, Tonton BOCAR avait une autre vision des hommes et des choses : Se respecter, respecter les autres, respecter les enseignements de notre Sainte Religion, demeurer honnête dans son comportement de tous les jours.

Au moment où tu nous quittes, nous allons nous efforcer de respecter ses valeurs, puisque tu demeureras une référence pour les hommes et les femmes de ce pays soucieux de développer une Mauritanie unie et indivisible

L’Eveil Hebdo adresse ses condoléances les plus attristées à toute sa famille, à ses parents, à ses proches, aux notables de Kaédi et du Fouta.

 QU’ALLAH LE TOUT PUISSANT ACCUEILLE L’ILLUSTRE DISPARU DANS SA FELICITE.


AMIN

Inna Lillahi Wa Inna Ileyhi Rajioune

 Mamoudou Sy
Directeur de publication l’Eveil-Hebdo
 BP : 587 Nouakchott-Mauritanie
Tél. : 00222 46412876 - 00222 37188121
 skype : saydou.sy5


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)