Hommage à Ousmane Moussa Diagana (Dembo) 9 Août 2001 – 9 Août 2016

, par  Webmastrer , popularité : 23%

L’homme qui nous a quittés paisiblement ce 9 Août 2001, était un être bon, généreux, un modèle de patriotisme, un exemple de probité, une référence intellectuelle certaine. Son existence durant, il a su aller intelligemment l’acharnement au travail (enseignant, recherches, écriture….) à la quête de l’autre par ses incessantes visites familiales et amicales.
Sans à priori sur quelqu’un, il se sentait à l’aise en toutes compagnies, car n’ayant rien d’autre à chercher chez l’autre que l’humanisme et l’esprit.
Ousmane Moussa Diagana, à travers son écriture, notamment en poésie dressé une photographie anticipatoire de ce que devrait être la Mauritanie de demain : culturellement différenciée mais sociologiquement imbriquée.
Cela fait une cinquante d’années, tourmentés que nous sommes par les questionnements identitaires, nous baignons entre le déni des uns et le catastrophisme des autres.
Nul doute qu’une lecture régulière de son œuvre peut être un motif d’espoir et constituer une manière d’apaisement moral.

Je suis la mère de tous les vents
Féal de toutes les saisons
J’enterre et déterre
J’agite et apaise
J’amasse et emporte
Rafraichis et réchauffe
Caresse et féconde

J’épouse les astres dans leur course
Fleuves et mers
Dans leurs rumeurs
Ciel et terre
Selon mes humeurs

Je suis la mémoire
Des cités enfouies
Des cités oubliées
Des cités naissantes
Et débout
Je suis de tous les rendez-vous
Et mon souffle
Modulé à tous les accents du temps
Sait dire aux hommes
A la mémoire courte
Le sens de mon passage
Je suis mémoire
Je suis voyance
Je suis souffles
Sur la durée et l’éphémère
Souffles de la semence de vie
Des cermets scellés
Sous la roche mère
Des nuits d’hivernage

Je suis le point vélique
De toutes les passions
De toutes les amours
De toutes les fureurs
Et espérances
De cette terre de greffes
De bigarrures
Cette terre de soif
De dorures

Ousmane Moussa, dors du sommeil des vaillants et qu’allah (SWT) l’accorde une place de choix au paradis.

Ousmane Moussa Diagana
CHERGUIYA


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)