Initiative politique : Messaoud obtient l’appui de l’AJD/MR

, popularité : 13%

Loin de se décourager des chances de réussite de son initiative de sortie de crise, bâtie sur la quête d’un consensus général, à travers la formation d’un gouvernement d’union nationale, le président de l’Assemblée nationale mauritanienne, Messaoud Ould Boulkheir, par ailleurs leader de l’Alliance populaire progressiste, continue de sensibiliser les citoyens mauritaniens sur cette feuille de route, déjà créditée de soutiens appréciables dont celui de l’AJD/MR. 
Alors que la majorité présidentielle et la COD multiplient leurs querelles politiques, écartant tout espoir d’apaisement, Ould Boulkheir a réitéré de nouveau, au cours d’un meeting organisé la semaine dernière dans la capitale économique, son appel "au consensus national ». Dirigeant d’une mouvance de l’opposition favorable au dialogue, il a estimé que le président Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a confessé avoir risqué sa vie pour prendre le pouvoir par les armes, ne doit pas refuser un gouvernement d’union qui sortira la Mauritanie de la crise. S’adressant à la COD, il a invité également l’opposition radicale à modérer son discours pour « rendre possible un rapprochement".
Appui de l’AJD/MR
Une délégation de l’AJD/MR dirigée par le leader de cette formation, en l’occurrence Ibrahima Moctar Sarr et comprenant entre autres de M. Malal Seck, secrétaire national chargé de la jeunesse du parti et Alassane Sarr responsable à l’organisation du bureau du mouvement des jeunes, a séjourné récemment dans la capitale économique, dans le cadre d’activités de sensibilisation menées à titre de soutien apporté par ce parti à l’initiative de Ould Boulkheir. Selon l’AJD/MR, cette feuille de route est une initiative pour sortir le pays des crises qu’il traverse.
Notons que comme l’avait déclaré à la TVM son leader, l’AJD/MR ne fait partie d’aucune coalition pour l’instant, mais se dit toutefois prête à travailler avec tous ceux qui œuvrent pour l’intérêt général, pour la paix et la stabilité de la Mauritanie.
Rappelons enfin que la COD continue d’exiger le départ du président mauritanien comme condition à l’organisation d’élections "ouvertes, transparentes, libres et crédibles". Après plusieurs reports depuis novembre 2011, la Mauritanie va vers l’organisation d’élections législatives et municipales en octobre 2013.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)