Interview avec le leader des Flam « vers l’organisation d’un Congrès de mutation qui sera suivi de grands chantiers »

, par  Webmastrer , popularité : 11%

Un peu moins d’un an après le retour de leur direction, les Forces de Libération Africaines de Mauritanie ( FLAM ) sont en train de s’implanter lentement mais sûrement sur la scène politique mauritanienne. Après une première phase de contacts et d’informations suivie d’implantation de structures, place aux préparatoires du congrès qui aura lieu cet automne en Mauritanie.

A cette occasion, le président Samba Thiam a accordé une importante interview à Flamnet. Entretien... 

Question : les Flam sont donc sur le terrain depuis plusieurs mois, qu’est-ce qui a été fait ? 

Samba Thiam : Depuis notre retour en septembre 2013 , nous nous sommes attelés à faire découvrir ou mieux connaitre les Flam.

Nous nous sommes efforcés d’expliquer, à travers des interviews, des débats des conférences et meetings leurs objectifs, leur ligne politique, leur discours, leurs aspirations et ambitions nationales, mais aussi leur préoccupation essentielle sur l’avenir du pays. 

Cet esprit d’ouverture nous a menés à prendre contact avec des responsables d’institutions nationales, des acteurs de l’économie, des partenaires internationaux en vue de sensibiliser sur l’urgence à régler la question pendante de la cohabitation. Simultanément, nous nous employons à visiter certaines régions du pays, implanter l’organisation. 

Question : quelles sont les perspectives ? 

Samba Thiam : Nous comptons, après consolidation des acquis, nous déployer dans la vallée du fleuve en priorité, et dans le reste de la Mauritanie profonde en vue de nous implanter le plus largement possible. Une campagne tous azimuts en perspective, en somme. 

Question : autres perspectives ? 

Samba Thiam :Après le renforcement de la coalition des courants plus soucieux du règlement du problème de la cohabitation, nous souhaiterions impulser voire initier, à ce propos , des rencontres bi-latérales ou de groupes avec de larges segments de la classe politique, et pourquoi pas, prendre langue avec le pouvoir qui doit être, à son tour, interpellé sur cette question... 

Question : avez vous un appel à faire ?

Samba Thiam : Oui , en direction de nos amis et sympathisants auxquels je voudrais dire de garder l’optimisme ; les lignes bougent, même si cela ne se fait pas à la vitesse souhaitée, Leur rappeler que cette lutte qui se mène est aussi la leur, d’où l’importance de leur soutien politique, moral et matériel, surtout que nous nous acheminons vers l’organisation d’un Congrès de mutation qui sera suivi de grands chantiers. 

Question : les élections viennent de prendre fin, votre appréciation ?

Samba Thiam : Je crois m´être déjà exprimé récemment sur la question, à travers une interview accordée au journal “Le rénovateur”. Sur la stratégie du camp des boycotistes, en soi légitime, qu’elle pouvait être mieux affinée.

Sur les élections proprement dite, j’ajoutais qu’elles étaient sans enjeu, que leur resultat serait sans surprise ; je soulignais ensuite que pour nous Négro-africains, l’existence précedait les élections . Qu’il nous fallait d’abord penser exister avant de penser voter ou boycotter .

Pour tirer la morale ou la sagesse de ces élections, maintenant qu’elles sont finies et bien finies, il n’y a pas mieux que cet un adage populaire qui dit que "Lorsque vous perdez ne perdez pas la leçon". 

flaminfo

Navigation


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)