Interview de Mme Djeynaba Diabira, 2ème Vice-présidente du PMC, Arc-en-ciel, chargée des relations du parti avec la communauté des SONINKOS

, par  masterEveil , popularité : 5%

Les SONINKOS, ont droit à plus d’égard et ce d’autant plus que tout leur argent est propre et gagné par la sueur de leur front.

Mme Dieynaba Hamady DIABIRA est née en 1958, elle est Sage-femme d’Etat et Experte en communication pour le développement.

Sortie de l’Ecole Nationale de Santé Publique de Nouakchott, elle a bénéficié de plusieurs stages de perfectionnement au Canada et en Afrique. C’est ainsi qu’elle a fait tour à tour des séjours à l’Université Laval au Canada (gestion des programmes et communication) à Abidjan en cote d’Ivoire (Développement des stratégies et Evaluation). Puis à Lomé au Togo (Planification des programmes, plaidoyer).

Actuellement, Mme Diabira est Chef de Division Conception Production et Documentation au Ministère de la Santé où elle travaille depuis 1983.

1- question : Quelles sont les motivations derrière votre engagement politique au sein du PMC Arc-en-ciel ?

Réponse : Je vous dis tout de suite que je n’ai pas adhéré au PMC Arc-en-ciel par hasard. Mon arrivée au sein de ce parti est motivée par ma conviction profonde selon laquelle, ce parti œuvre pour la justice et l’unité nationale. C’est un parti dont le discours est clair et sans équivoque.

La justice, l’égalité des droits et l’unité pour une Mauritanie sans racisme ni ethnocentrisme, voilà des objectifs nobles auxquels aspirent tous les mauritaniens épris de paix et de justice et qui souhaitent voir leur pays cité en exemple et occuper une place de choix dans le concert des nations.

Ainsi, quand j’ai écouté le discours du Président Alassane Hamady Soma Ba dit Balas lors du Dialogue National Inclusif, j’ai été captivée par son appel à l’UNITE, à l’EGALITE et les questions de droits humains fondamentaux qu’il a soulevées et analysées avec beaucoup d’audace. Je pense que Toute personne qui veut œuvrer pour l’unité et la cohésion sociale dans le pays peut s’y retrouver.

2- Question : Qu’est-ce qui vous séduit au sein de ce parti et qu’attendez-vous de lui pour faire avancer la cause des franges de la population marginalisées comme les SONINKOS ?

Réponse : Ce qui me séduit entre autre, c’est surtout l’esprit d’égalité et de transparence dont fait montre le parti. Dans la mesure où toutes les composantes ethniques se retrouvent à égalité dans la composition du bureau politique cela me fait rêver déjà d’une Mauritanie du futur où toutes les races, toutes les ethnies seraient égales devant la justice, ont les mêmes droits sur le plan professionnel, social et sur le plan économique et financier.

Les SONINKOS ont l’habitude de garder leur argent à la maison. Le soninké est très doué en matière de « gestion économique traditionnelle » basée sur la connaissance et la confiance mutuelle. La banque est pour le moment un inconnue. D’autre part c’est également un manque d’instruction, le soninké a beaucoup privilégié l’immigration au détriment des études. La nouvelle génération n’y est pas non plus encouragée à cause des difficultés rencontrées lors du cursus scolaire. Par-dessus le marché ceux qui parviennent tant bien que mal à avoir des diplômes se voient confrontés au chômage et ses aléas. Mais je sais qu’avec le temps et beaucoup de sensibilisation pourquoi pas, les Soninkos, avec les richesses propres, colossales qu’ils ont acquises, se verront également autorisés à ouvrir des banques, en Mauritanie, inchallah.

Le parti mauritanien du concret, Arc-en-ciel a titillé, lors du dialogue, le président de la république afin qu’il casse le monopole raciste et tribal de l’acquisition des licences de banques en Mauritanie. Et, pour se faire, les Soninkos sont tout indiqués à obtenir des licences de banques très prochainement. En effet, les Soninkos sont connus pour être des travailleurs et ils savent amasser l’argent et le réinvestir. Pour preuve regardez ce que réalisent les émigrés soninkos dans une région comme le Guidimaka ; ils construisent des écoles, des centres de santé, des mosquées et à Nouakchott un nombre hallucinant de villas de très hauts standing,

3-Question : Pensez-vous que le PMC Arc-en-ciel pourrait faire avancer la cause des exclus et notamment les Soninkos et comment comptez-vous l’y aider ?

Réponse : La route sera sans doute longue et tortueuse mais il y parviendra inchallah. Le PMC Arc-en-ciel, n’est pas entrain d’opérer sur un terrain vierge. Les communautés en général surtout soninkée ont l’habitude de prendre une décision suivant un leadership donné. Et surtout la valeur attachée à la parole donnée.

Moi-même étant novice sur le terrain politique donc je suis consciente de la situation et je travaille en conséquence tout en tenant compte de tous les facteurs sous-jacents. Je compte beaucoup sur la jeunesse en qui je fais beaucoup confiance n’ayant pas encore été aliénée politiquement parlant. Et, comme on dit, c’est en forgeant qu’on devient forgeron.

Propos recueillis par Bakary Gueye
Responsable Section Communication.
PMC Arc-en-ciel.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)