L’UFP appelle le pouvoir à surmonter ses propres dissensions et à ne pas surfer sur les fausses rumeurs

, par  masterEveil , popularité : 9%

Le mardi 13 février 2018, l’Agence Mauritanienne d’Information(AMI), l’organe officiel du pouvoir, a « réalisé » un prétendu scoop en annonçant que le Président de la République a reçu un groupe de cadres dissidents de l’UFP. Un événement important, semble-t-il, relayé de façon immédiate et particulière par la TVM. 

Afin d’éclairer l’opinion publique sur cette curieuse mise en scène, il est important de préciser que parmi ces six personnes, certains ont quitté l’UFP depuis 2002, les autres ont abandonné le parti en 2013 suite à la décision de boycott des élections.

Certains d’entre eux ont milité au sein de l’APP avant de basculer vers d’autres formations, l’un a atterri au parti El Fadhila. Tous ont fini par rejoindre l’UPR où certains d’autres y jouissent des privilèges et ont participé à plusieurs de ses campagnes électorales et référendaires.

Comment peut-on encore évoquer un quelconque lien entre ces messieurs et l’UFP ? Il est patent que le tapage médiatique autour d’un évènement qui date de plusieurs années, dénote d’un désarroi effarent du pouvoir qui peine à sortir de son isolement actuel et de la désaffection que lui voue l’opinion publique et y compris au sein de sa propre mouvance.

Mais en fait il ne s’agit-là que d’une tentative vaine par cette "annonce" de porter préjudice à la bonne image dont jouit l’UFP auprès de l’élite politique et de l’opinion publique en général. Et il est dommage que les personnes précitées acceptent de continuer à jouer leurs rôles lamentables dans cette comédie malveillante.

C’est ce que nous voulons préciser à l’opinion publique. Quant au pouvoir, nous lui recommandons à s’employer à surmonter ses dissensions internes plutôt que de propager de fausses rumeurs sur des prétendues dissidences dans les rangs de l’opposition.

Il a plus besoin de dépenser son énergie à le sortir de son isolément et à surmonter ses errements et son désarroi actuel.

La commission de communication

Nouakchott, le 14- février 2018


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)