L’ambassadeur américain à Nouakchott SEM Larry André remercie Aziz et Biram

, par  Webmastrer , popularité : 21%

Dans un discours prononcé Mercredi soir 13 juillet 2016 à l’occasion de l’indépendance des Etats-Unis d’Amérique, l’ambassadeur américain accrédité à Nouakchott, Larry André a tenu à remercier le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et le président de l’Initiative de résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA), Birame Ould Dah.
Le premier pour avoir déclaré qu’il ne se présentera pas pour un troisième mandat, refusant du coup d’écouter ceux qui l’encourageaient à le faire et respectant ainsi la constitution nationale. Le second pour les efforts déployés pour la lutte contre l’esclavage.
Ces remerciements interviennent deux semaines après la remise par le ministère des affaires étrangères américain d’un prix pour la lutte pacifique à Birame Ould Dah Ould Abeid par le vice-président américain.
Le président d’IRA est toujours aux Etats Unis au moment où quasiment tous les autres membres de la direction de son organisation (13 exactement) séjournent depuis trois jours à la prison de Dar Naim, accusés par les autorités mauritaniennes d’être les instigateurs des confrontations entre les habitants de la gazra de l’hôpital Bouamatou et les forces de sécurité ayant reçu l’ordre de les déguerpir.
Juste après sa sortie de prison, Birame Ould Dah Ould Abeid a été l’invité de plusieurs médias internationaux dont des télévisions privées du Sénégal où l’emblématique activiste n’est pas allé avec le dos de la cuillère en accusant le système en place de racisme systématisé d’Etat, d’exclusion méthodique et programmée des Harratines et des Négro-africains.
Des propos qui ne feraient pas l’unanimité au sein du directoire de l’organisation puisque trois de cette direction (le premier vice-président Brahim Ould Bilal, le radiologue résident en France Ahmed Amou Ould Moustapha et Mohamed Baba Ould Said) ont écrit un communiqué portant réserve sur certaines déclarations de leur président, surtout celles relatives à l’unité nationale.

Lecalame