L’opposition incapable de présenter un candidat unique

, par  masterEveil , popularité : 7%

Les partis d’opposition mauritaniens, réunis dans le cadre d’une alliance électorale, n’arrivent toujours pas à trouver un accord sur une candidature unique, en prévision de la prochaine présidentielle, prévue pour le mois de juin 2019.
Les partis membres de cette alliance électorale ont pourtant entamé leurs discussions depuis plus de deux mois dans le but de présenter un seul candidat. L’option d’une candidature unique avait été retenue après les élections législatives et locales du mois de septembre 2018. Dans des déclarations citées par RFI, Saleck Sidi Mahmoud, le vice-président du parti islamiste Tawassoul, le plus grand mouvement politique d’opposition en Mauritanie, affirme qu’“il y a des avis : un avis qui préfère un candidat ici de coalition des partis de l’opposition, et il y a aussi un autre choix qui pense qu’il faut aussi faire participer l’autre clan ou l’autre parti de l’opposition”. “Il n’y a pas d’accord après avoir fait beaucoup de discussions internes. Nous avons voulu faire participer les partis dans ce débat. Et chaque parti doit prendre l’avis de ses instances”, a expliqué Saleck Sidi Mahmoud à RFI. Devant cette situation de mésentente sur les noms proposés, dont celui de l’ancien Premier ministre mauritanien Sidi Mohamed Ould Boubacar, un candidat fortement soutenu par le parti Tawassoul, les leaders de cette coordination ont décidé de saisir les instances de chaque parti en vue d’une solution. Il y a lieu de noter que deux candidats seulement se sont déjà déclarés officiellement à la présidentielle prochaine en Mauritanie. Il s’agit de l’ex-chef d’état-major des armées, le général Ghazouani, au nom de la majorité, et le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid, à la faveur d’une coalition IRA-Sawab (Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste).

liberte algerie


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)