L’un des amis inséparables d’Aziz lui succédera-t-il en 2019 ?

, par  masterEveil , popularité : 14%

Alakhbar Info a dévoilé - dans sa livraison de ce mercredi - le nom de deux personnalités que l’hebdomadaire considère comme « les dauphins les plus probables » de Mohamed Ould Abdel Aziz.

Le président mauritanien ne pourra plus se présenter à un 3e mandat, selon les dispositions constitutionnelles. L’une des deux personnalités est le Général Gazwani (Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed) chef d’État-major général des Armées. Ses atouts, note Alakhbar Info : une relation de confiance réciproque avec Ould Abdel Aziz qui date de 30 ans. Les deux travaillent depuis plusieurs années. Ensemble, ils ont participé au deux putschs de 2005 et de 2008.

Les faiblesses du général : il pourrait symboliser la main mise de l’Armée sur le pouvoir et l’implication de l’Institution militaire dans les affaires politiques. Le Général, qui s’apprête à aller à la retraite, pourrait faire face à un obstacle à sa candidature à la présidentielle en cas de rallongement de son service dans l’armée.

L’autre personnalité est le maire de Zoueirat (Nord) Cheikh Ould Baya, un capitaine de l’armée à la retraite. Ses atouts : une amitié intime avec Ould Abdel Aziz. Il est l’un des inspirateurs des récentes réformes en profondeur du parti au pouvoir (UPR). Il gère le secteur de la pêche en Mauritanie qui génère plusieurs milliards. Et l’homme est à la tête de la plus grande société de sécurité.

Les faiblesses de Ould Baya : il n’est plus en lien privilégié avec l’armée et souffre de manque de popularité. Il lui a fallu aller au 2e tour pour remporter sa mairie. Et il est issu d’une région de faible densité.

Alakhbar Info précise cependant qu’au sein de la majorité et de l’opposition, certains estiment que le « flou persiste sur la question de 3e mandat ». Le président Ould Abdelaziz, qui a réitéré son engagement de respecter la Constitution, semble n’avoir pas dit son dernier mot. Et cela pourrait retarder la guerre de succession annoncée.

Alakhbar


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)