La Mauritanie aux urnes samedi, dernier test avant la présidentielle

, par  masterEveil , popularité : 12%

La Mauritanie, engagée aux côtés de ses alliés régionaux dans la lutte contre le jihadisme au Sahel, se rend samedi aux urnes pour des élections législatives, régionales et locales qui constituent un test pour le régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz à moins d’un an de la présidentielle de la mi-2019.

Un nombre record de 98 partis politiques participe à ces élections auxquelles sont appelés plus de 1,4 million d’inscrits. En cas de second tour, celui-ci se tiendra le 15 septembre.

Malgré les appels en ce sens de l’opposition, le scrutin, dont les premiers résultats sont attendus en début de semaine prochaine, se déroulera en l’absence d’observateurs internationaux.

Alors qu’opposants et ONG dénoncent régulièrement des atteintes aux droits de l’homme, dont l’arrestation d’un ancien sénateur et le maintien au secret d’un blogueur accusé de blasphème, le doute plane toujours sur les intentions de M. Aziz pour la présidentielle de 2019.

Bien qu’il se soit engagé à maintes reprises à ne pas tenter de modifier la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels, le chef de l’Etat n’est pas parvenu à apaiser les soupçons de l’opposition, alimentés par les déclarations publiques de ses ministres et de ses partisans.

La campagne électorale, qui s’achève jeudi soir, n’a pas déchaîné les passions et les meetings électoraux ont attiré peu de monde dans ce vaste pays aride d’Afrique de l’Ouest, malgré le caractère crucial du scrutin tant pour le pouvoir que pour l’opposition, qui cette fois a décidé d’y participer, y compris dans ses composantes dites "radicales".

A 61 ans, Mohamed Ould Abdel Aziz, un ancien général arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 2008, puis élu en 2009 et réélu en 2014, a appelé à un "vote massif" pour sa formation, l’Union pour la République (UPR), "afin de continuer sur la voie des réalisations grandioses et de la lutte contre la gabegie", qualifiant au passage les dirigeants de l’opposition de "malfaiteurs" et de "fauteurs de troubles".

- ’Intimidations et harcèlement’ -

L’opposant historique Ahmed Ould Daddah, chef du Rassemblement pour la démocratie (RFD), a demandé aux Mauritaniens d’effectuer "le sursaut nécessaire pour balayer le régime de la dictature et de la faillite généralisée".

Le RFD fait partie de la coalition de l’opposition radicale, dont les membres se présentent sur des listes communes en certains endroits et qui se sont engagés à se soutenir au second tour.

Amnesty International a fustigé récemment les "arrestations et détentions" de deux opposants et militants antiesclavagistes, estimant qu’il s’agissait des "pires signaux d’intimidation, de harcèlement et de répression par les autorités mauritaniennes des voix dissidentes" à l’approche de ces élections.

Pour convaincre, l’UPR, large vainqueur des précédentes législatives en 2013, boycottées par la quasi-totalité de l’opposition radicale, met en avant la révision de la Constitution de 2017 qui a aboli le Sénat et donné au pays un nouvel hymne et un nouveau drapeau évoquant le "sacrifice des martyrs" de la résistance à la colonisation française, qui s’est achevée en 1960.

Sur le plan économique, le pouvoir insiste sur une croissance retrouvée, "de 3% en 2017", et sur "un indice de pauvreté à 31%, contre plus de 40% en 2008", dans un pays d’un peu moins de quatre millions d’habitants dont le taux d’alphabétisation reste faible.

- ’Au bas de l’échelle’ -

L’opposition quant à elle dénonce une forte baisse du pouvoir d’achat notamment depuis l’introduction le 1er janvier de nouveaux billets de la monnaie nationale, l’ouguiya, à la valeur faciale divisée par 10, ainsi qu’un "endettement excessif" de près de 100% du PIB ou des indices de développement classant la Mauritanie "au bas de l’échelle à tous les niveaux".

Sur le plan international, Nouakchott, qui a accueilli en juillet un sommet de l’Union africaine, en présence du président français Emmanuel Macron, a récemment réchauffé ses relations diplomatiques avec le Maroc, longtemps mises à mal par la question du Sahara occidental, et signé avec le Sénégal des accords sur la pêche et sur l’exploitation d’un important champ gazier transfrontalier.

Enfin, c’est un général mauritanien qui a repris en juillet le commandement de la force antijihadiste du G5 Sahel, une organisation régionale regroupant, outre la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad.
Slateafrique.com


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)