Sanglante tentative de coup d’Etat en Turquie

, par  Webmastrer , popularité : 18%

La communauté turque de Calais, composée d’environ 110 personnes, a vécu avec inquiétude la nuit de vendredi à samedi, et a suivi avec attention les événements en Turquie. Rencontre avec ces Calaisiens en contact permanent avec leur pays d’attache.

Quelles sont les raisons du putsch manqué

Samedi matin, Ali Tatli, gérant du restaurant Le Pacha d’Antalya, à Calais-Nord, expliquait « ne pas avoir dormi de la nuit ». Arrivé il y a douze ans dans la cité des Six-Bourgeois, le commerçant est chaque jour au téléphone avec sa famille établie à Burdur, une ville de 72 000 habitants située à moins de deux heures de route d’Antalya. À 11 h, ils s’étaient déjà appelés plusieurs fois. Sa principale peur est de « voir les militaires s’en prendre aux villes de province et par conséquent atteindre ses parents, ses oncles et tantes ». En permanence devant sa télévision à regarder le décompte des morts, blessés et militaires arrêtés, il ne peut cacher son inquiétude. « Il y a eu beaucoup de morts, j’ai peur que la situation soit la même qu’en Syrie », soupire l’homme de 38 ans.

La délivrance après l’annonce du putsch raté

Quelques heures plus tard, la tension est redescendue. Harun Akkus, gérant du magasin de meubles Safak Confort, en centre-ville, a lui aussi passé sa nuit à appeler ses proches et à regarder les informations turques. L’un de ses frères, parti en week-end à Istanbul, résidait dans un hôtel à quelques mètres du pont du Bosphore, bloqué par l’armée turque.

Au moment du blocage, le président Erdogan a utilisé l’application Facetime de son téléphone portable pour « diffuser à la télévision un message au peuple, lui demandant de descendre dans les rues et de défier les militaires ». Une allocution qui, selon le commerçant calaisien, a tout changé. « Mon frère a tout vu et il était vraiment choqué. Il m’a expliqué que deux minutes après le message du président, il a entendu des cris. Il s’est penché à la fenêtre du quinzième étage et a vu des milliers de personnes avancer vers les militaires », raconte le commerçant de 30 ans.

Discussions autour d’un thé

Pour Harun, c’est le peuple qui a permis d’éviter une guerre civile. « C’est tout de même incroyable de voir le peuple derrière son président de cette manière. », insiste-t-il. Le chef d’État, renforcé par l’élan du peuple turc, aurait été, selon Harun, la cible de Fetullah Gulen, ennemi juré d’Erdogan, exilé aux États-Unis.

Un nom entendu à de nombreuses reprises à la terrasse du café Mr Parions à l’est de la ville. Autour d’un thé, sept hommes d’origine turque discutent du sujet du jour. Réjouis de voir la situation s’améliorer , ils pointent du doigt « les ennemis de l’État » et reprochent aux médias français de « diffuser des informations erronées ». Pour eux, Erdogan fait du bon travail à la tête du pays. « L’enjeu, c’était l’avenir et après ce putsch raté nous ne sommes pas inquiets », conclut l’un d’entre eux, apaisé et sourire aux lèvres.

lavoixdunord.fr


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)