Lancement imminent d’un dialogue politique sans le forum

, par  masterEveil , popularité : 16%

Six (6) partis de l’opposition, rassemblés au sein du forum ont décidé de boycotter le dialogue convoqué par le gouvernement, après la suspension des concertations dirigées par le ministre Secrétaire général de la Présidence de la République Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, avec des parties influentes de la scène politique au cours des derniers mois.

Les partis boycottistes sont Adil, Tawassoul, l’UFP, Hatem, le RFD et l’UNAD.
Les autres partis du Forum s’orientent quand eux vers la participation aux concertations prévues fin septembre courant.

Le lancement proche du dialogue politique entre le pouvoir et certaines formations politiques de l’opposition modérée ne plus fait plus de doute. Alors que le parti au pouvoir, l’UPR se mobilise pour son ouverture le lundi prochain 26 septembre courant, d’autres parties de ces pourparlers très attendues sans le forum, ont convenu sur son démarrage en octobre prochain. Ce qui conduit à dire, qu’en dépit de points de vue différents sur la date de son lancement, le dialogue n’associant pas l’opposition radicale est imminent.

L’UPR, le parti au pouvoir, a appelé à ce propos, la commission chargée de la préparation du dialogue, mise en place dernièrement, à lancer les concertations entre les différents protagonistes politiques, le lundi 26 septembre courant.
Côté forum, les partis de l’opposition radicale rassemblés sous cette chapelle, ont décidé de boycotter totalement le dialogue prévu entre le pouvoir et certaines formations. Bien avant cette proposition du parti au pouvoir, la majorité et les blocs de l’opposition, qui avaient convenu d’aller au dialogue politique, avaient fixé le mois d’octobre prochain, pour s’asseoir autour de la même table des pourparlers.
Par ailleurs, une réunion secrète s’est tenue à Nouakchott, entre les partis favorables au dialogue et une délégation de conseillers du Président mauritanien, conduite par Mohamed Salem Ould Merzoug et composée de Mohamed Ould Amar et Houssein Ould Naji.

Les partis étaient représentés à ce conclave officieux par des délégués du forum et du bloc de l’alliance de la concorde présidée par Ould Bourboss ; absent de la réunion ; de Yacoub Ould Moine, leader du parti de l’alliance démocratique et l’homme d’affaires Alassane Hamadi dit Balas, président du parti Arc-en-ciel.
Les conseillers du Chef de l’Etat ont apporté à cette occasion des réponses aux questions et propositions soulevées par les dialoguistes sur les pourparlers attendus. Il a été convenu aussi d’accélérer le lancement du dialogue à la première occasion, avec ceux qui y prendront part. Le ministre secrétaire général de la Présidence de la République Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, connu pour être le premier administrateur officiel du projet de dialogue n’a pas assisté à cette réunion.

Octobre 2016, date ultime

La majorité et les blocs de l’opposition, qui ont convenu d’aller au dialogue politique, ont fixé le mois d’octobre prochain, pour s’asseoir autour de la même table des pourparlers, révèlent des sources renseignées. La majorité rappelle à ce propos avoir consenti suffisamment du temps aux récalcitrants pour se joindre aux discussions, en perspective de la mise en place d’une feuille de route propre à la gestion future du pays.

Le FNDU persiste et signe

Le forum avait démenti l’existence de contacts avec le pouvoir, tant que ce dernier n’a pas répondu au document des préliminaires du dialogue posés par l’opposition. Le Rfd, qui s’est d’ailleurs retiré du FNDU, refuse de discuter avec le régime, qui continue d’éviter tout engagement l’obligeant à respecter ces préliminaires.