Le Fonds d’assurance maladie INSAV assurera 500 000 personnes d’ici 2024, affirme le Ministre de la Santé

, par  masterEveil , popularité : 0%

La Caisse Nationale de Solidarité en Santé » (CNASS) dénommé INSAV assurera, au cours de la période 2022-2024, plus de 500 mille citoyens mauritaniens au moins, comme elle poursuivra son objectif visant l’assurance maladie universelle, a affirmé, mercredi à Nouakchott, le ministre de la Santé, M. Mokhtar Ould Dahi, au cours de la conférence de presse organisée par des membres du gouvernement pour commenter les résultats du Conseil des ministres .

« La création de l’établissement Public à caractère administratif, dénommé" Caisse Nationale de Solidarité en Santé" (CNASS) appelé "INSAV" et objet du projet portant sur son organisation et son fonctionnement, adopté mercredi, s’inscrit dans le cadre de la ferme détermination des Pouvoirs publics à prendre progressivement en charge tous les citoyens qui ne bénéficient actuellement d’aucune couverture d’assurance maladie, soit près de 70% de la population », a-t-il affirmé.

« L’établissement en question est investi de missions de gestion d’un système volontariste d’assurance maladie, destiné principalement et non exclusivement, aux travailleurs et entrepreneurs du secteur informel tant en milieu urbain que rural tels que les travailleurs indépendants, les artisans, les commerçants, les éleveurs, les agriculteurs et autres », a précisé Ould Dahi.

« L’assurance maladie généralisée est l’un des engagements de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, comme c’est aussi un engagement international de la Mauritanie pris dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (ODD), d’où les mesures nécessaires entreprises pour l’honorer, avec au départ ces instructions données par le Président de la République d’assurer 100 000 ménages parmi les familles nécessiteuses, soit près de 620 000 individus », a-t-il dit.

« 15% du peuple mauritanien sont obligatoirement assurés par le biais de la Caisse nationale d’assurance maladie "CNAM", tandis qu’un autre groupe de personnes à revenus limités et appartenant à des classes vulnérables, représentant également 15%, a bénéficié d’une assurance de bienfaisance par le biais de la Délégation générale à la solidarité nationale et à la lutte contre la Exclusion "Taazour" », a-t-il indiqué. Il a précisé que ce sont les 70% restants qui sont ciblés par INSAV, élargissant ainsi le principe d’équité aux autres catégories y compris celles du secteur informel.

« INSAV consiste pour l’assuré a payé une partie de la cotisation, alors que l’État prend en charge l’essentiel de son accès aux services de l’assurance maladie », a-t-il souligné, faisant observer que ces frais seront fixés ultérieurement par une décision conjointe des ministres des Finances et de la Santé. La ministre a ajouté qu’une aide financière de l’Union européenne supportera les dépenses de fonctionnement d’INSAV pour les 4 prochaines années.

« Le pays est exempt, Allah en soit loué, de tout cas de variole de singe, voire même de tout cas suspect, et toutes les mesures en la matière stipulées par les systèmes sanitaires internationaux ont été prises avec grande vigilance et minutieuse préparation », a-t-il affirmé, en réponse, à une question sur les rumeurs évoquant l’apparition de cas de cette maladie, appelée également monkeypox.

« Toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour assurer la qualité des médicaments et leur disponibilité en quantité suffisante sur toute l’étendue du territoire national parallèlement aux mesures dissuasives à l’encontre de tout fournisseur autre que la CAMEC », a conclu le ministre , en réponse à une autre question sur une présumée pénurie et mauvaise qualité des médicaments

AMI


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)