Le Forum ira avec force aux 4 futures élections dit son leader

, par  masterEveil , popularité : 20%

Le Président en exercice du FNDU Mohamed Ould Maouloud, a prédit des élections de confrontation, si le pouvoir persiste dans sa gestion unilatérale, du prcessus électoral surchargé de 2018-2019, dont des élections présidentielles.
« Le pouvoir veut faire les élections prochaines de façon unilatérale et sans aucune garantie de transparence », a-t-il affirmé.
« Notre réponse à cela c’est que nous sommes décidés de participer aux élections. Et nous sommes décidés à se battre pour le respect de la transparence. S’il (le pouvoir) persiste dans sa voie unilatérale nous irons à des élections de confrontation. Et ça c’est dangereux par rapport à un tournant décisif pour le pays ».

Selon le président du FNDU, « l’opposition ne souhaite pas de confrontation. Mais nous ne pouvons pas les laisser, cette fois, mettre en péril une chance unique pour le pays de sortir de la crise et d’ouvrir une nouvelle page pour un Etat de droit et pour la démocratie ».

Mohamed Ould Maouloud était en conférence de presse ce samedi 21 avril courant à Nouakchott. Il a rappelé à l’occasion les conditions du FNDU pour des élections apaisées :

Rejet de la CENI

Le forum a rejeté également la CENI, récemment désignée et investie dans ses fonctions.

« Nous considérons que la nomination de cette CENI sans le camp de l’opposition qui se bat pour des élections transparentes, c’est une provocation. C’est un acte illégal (…)
La CENI doit être désignée, selon l’article 6 de la loi relative à la CENI, entre deux parties : la majorité et l’opposition », a déclaré ce samedi le président en exerce du Front National pour la Démocratie et l’Unité (FNDU) qui regroupe plusieurs partis d’opposition.

Mohamed Ould Maouloud était en conférence de presse ce samedi à Nouakchott. Pour le chef du FNDU, « le pouvoir veut faire les élections prochaines de manière unilatérale et sans aucune garantie de transparence ».

Dans le même contexte, Mohamed Ould Maouloud a rappelé les conditions exigées par l’opposition pour une transparence électorale.
Il s’agit de « la création d’une CENI consensuelle, la libération de tous les détenus politiques, l’arrêt des poursuites contre les opposants à l’intérieur et à l’extérieur et de l’invitation immédiate des observateurs internationaux surtout de l’Union européenne et des Nations unies qui sont les plus efficaces et qui, en général, exigent d’être invités plusieurs mois à l’avance ».

Alakhbar