Le Prince Al-Walid sait quoi faire de ses 29 milliards d’euros

, par  Webmastrer , popularité : 97%

Le prince Al-Walid est l’un des hommes les plus riches de la planète. Cette semaine, il a annoncé qu’il rever­se­rait 29 milliards d’euros de sa fortune person­nelle à des asso­cia­tions huma­ni­taires.

Son nom ? Al-Walid ben Talal ben Abde­la­ziz Al Saoud. Par souci de gain de temps, nous l’appel­le­rons prince Al-Walid. Selon le clas­se­ment Forbes, ce Saou­dien de 60 ans est l’un des quarante hommes les plus riches de la planète. Homme d’affaires émérite, diplômé d’une célèbre univer­sité améri­caine, descen­dant de la dynas­tie des Al Saoud, neveu du roi d’Arabie Saou­dite, le prince aime l’opulence. Yachts et voitures de luxes se retrouvent dans ses nombreuses proprié­tés dissé­mi­nées à travers le monde. Homme de contrastes, il se montre très pieu dans sa pratique de la reli­gion mais appa­raît comme une figure progres­siste dans le monde arabe. Après avoir donné aux femmes une place de choix au sein de ses socié­tés, il assure désor­mais vouloir faire un don histo­rique à des asso­cia­tions huma­ni­taires.

Mercredi, le prince Al-Walid a offi­ciel­le­ment annoncé qu’à sa mort, l’inté­gra­lité de sa fortune, soit 29 milliards d’euros, sera rever­sée à une fonda­tion philan­thro­pique. "La philan­thro­pie est une part inté­grale de ma fois de musul­man, a-t-il indiqué dans son commu­niqué. A travers cette promesse, j’honore l’enga­ge­ment de toute une vie envers ce qui compte le plus : aider à construire un monde plus paisible, équi­table et indé­pen­dant pour les géné­ra­tions futures". Il explique ensuite que cette somme colos­sale sera gérée et redis­tri­buée par sa fonda­tion person­nelle : Alaweed Philan­tro­pies, dont la prési­dence sera parta­gée entre son fils, le prince Khaled, et sa fille, la prin­cesse Reem.

Un plan d’action est d’ores et déjà en train d’être mis en place. Il vise, selon le prince, à « jeter des ponts entre les cultures, déve­lop­per les commu­nau­tés, promou­voir les droits des femmes, aider les jeunes, appor­ter du secours en cas de catas­trophe natu­relle et créer un monde plus tolé­rant ». Les asso­cia­tions cari­ta­tives peuvent donc remer­cier le géné­reux dona­teur ainsi que son ami Bill Gates. Le prince Al-Walid a en effet confir­mée que cette idée lui est venue après avoir entendu l’appel lancé il y a quelques années par le fonda­teur de Micro­soft, qui a incité ses compères milliar­daires à faire dons de la moitié de leur fortune pour le bien commun. Le prince saou­dien a fina­le­ment choisi d’en rever­ser l’inté­gra­lité. Voilà ce qui s’appelle de la suren­chère.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)