Le SG Ibrahima Diakitté : Un Commis de l’Etat Valeureux nous a quitté !

, par  masterEveil

C’est après avoir été frappé par un petit malaise dans l’arrondissement de Awessi dans la région de l’Assaba qu’il a pris la décision de se rendre à Kiffa à bord d’une ambulance de la localité. Avec lui, il décide de rapatrier la famille.

Arrivé à Kiffa, le médecin l’autorise à continuer à Nouakchott raconte son grand ami Bouna Coulibaly. Dans la capitale nationale, il avait commencé à donner de l’espoir à ses proches. Dans la soirée du vendredi 10 Mars 2017, il se plaint de malaises au niveau du cœur rapporte toujours la même source.

Aussitôt, l’un de ses vieux amis fait venir un véhicule de secours des sapeurs pompiers pour l’évacuer à l’hôpital de cardiologie. Avant d’arriver à destination, notre cher SG comme le surnomme les Boghéens rend l’âme. Il faisait environ 21 H 00 mn. A 22 H 30 minutes, mon téléphone sonne, en décrochant, c’est une voix cassée qui me répond.

Il s’agissait de la voix de BOB, le fils de Bouna Coulibaly qui m’apprend la nouvelle. Un homme brave, plein d’humanisme et de volonté qui a vu l’irréparable venir depuis Awessi. L’homme a débarqué à Boghé vers la fin de l’année 2010.

Cadre brillant formé à l’ENA (Ecole Nationale d’Administration), l’homme a occupé pendant très longtemps le poste d’attaché de cabinet auprès du Wali de Nouakchott.

Puis, il occupa le même poste au ministère de l’intérieur et de la décentralisation quelques années plus tard. Modeste, très bien formé, compétent, ouvert et très pieux, Diakitté Ibrahima a rendu de grands services à la population le temps qu’il a séjourné à la commune de Boghé entre 2010 et 2015. Un homme de relations et d’actions.

A l’occasion de toutes les visites ministérielles dans la ville, le grand commis de l’Etat qu’il fut a imposé avec rigueur et un haut degré de professionnalisme les règles de protocoles au point de susciter l’admiration et le respect des populations toutes catégories confondues.

L’homme a rédigé des pages d’or à la mairie de Boghé avant d’être promu chef d’arrondissement en 2014 à Awessi. Dans ce gros village de l’Assaba, il avait été félicité par l’actuel ministre de l’intérieur et de la décentralisation, Ahmedou O Abdallah pour son travail remarquable.

L’annonce de sa mort a bouleversé les populations de Boghé qui lui sont reconnaissantes à l’endroit du travail qu’il accompli durant son long séjour.

A Allah nous appartenons, à lui nous retournerons. Qu’Allah le tout puissant le pardonne et l’accueille dans son grand et saint paradis. Amin. Nos condoléances s’adressent à son épouse, Kadiata ainsi que tous les cadres du MID et le peuple Mauritanien dans son ensemble.

Votre petit frère et grand ami Jules Diop à Boghé

Journal Le Terroir