Le droit d’informer en danger : Des journalistes devant la justice

, par  Webmastrer , popularité : 9%

Cridem, Atlasinfo, Le Quotidien de Nouachott et Mauriweb auraient été convoqués ce lundi 25 janvier courant, par le Procureur de la République de la capitale économique Nouadhibou, à la suite d’une plainte portée contre ces confrères par le géant mauritanien du fer la Snim.
Les motifs de cette convocation judiciaire qui conduira les defénseurs de l’info à faire plus de 500 km de voyage depuis Nouakchott jusqu’à Nouadhibou, n’ont pas encore été revelés.
Certains journalistes ne savent même pas pour quelles raisons précises, ils ont maille avec une société minière déjà confrontée à la bataille de longue haleine de revalorisation du prix du fer.
Selon des sources non concordantes, les journalistes qui feraient le déplacement de Nouadhibou sont le président du RPM Moussa Samba Sy (Quotidien de Nouakchott), Babacar Baye Ndiaye (Cridem), Jidne Deida (Mauriweb) et Eby Ould Mohamed Bouna (Atlasinfo).
Toujours est-il que face à ce nouvel épisode judiciaire de la presse privée mauritanienne, des voix s’élevent pour dénoncer la volonté non avouée de certaines parties pour baillonner et asservir les médias, déplorant vivement, les tentatives de tout bord destinées à priver l’opinion publique du droit à l’information.
Plusieurs journalistes ont connu dernièrement des persécutions du genre dont Mushahid, Chargh El Youm et Atlanticmedia. Le responsable de ce dernier média a même passé quelques heures derrière les verrous.
Et la série noire ne fait que continuer augurant d’autres convocations futures pour les confrères conduits par le devoir de professionnalisme d’informer en toute éthique et déontologie l’opinion.

Md O Md Lemine


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)