Le long processus d’identification des victimes du drame de La Mecque

, par  Webmastrer , popularité : 39%

RFI - Le grand pèlerinage à La Mecque a réuni cette année près de 4 millions de fidèles venus du monde entier. Après le drame de jeudi, le bilan fait état de 769 morts et 934 blessés. Il s’agit du hadj le plus meurtrier en un quart de siècle. Quant au processus d’identification, il se poursuit toujours.

Les hôpitaux de La Mecque sont débordés. Des victimes et blessés n’ont toujours pas été identifiés, en particulier les patients en soins intensifs ou placés sous respiration artificielle.

Les pays du monde entier sont mobilisés pour tenter de dresser une liste de leurs ressortissants décédés dans la bousculade meurtrière de jeudi. Des agents consulaires sont envoyés à Mina pour tenter d’identifier les victimes. Tous les moyens sont utilisés. Les empreintes digitales ont même été fournies aux autorités saoudiennes.

De son côté, le ministère saoudien de la Santé a mis une ligne téléphonique spéciale à la disposition du public, mais des proches et amis des personnes disparues disent qu’elle est inutile. Des interprètes en six langues ont été désignés pour aider le personnel hospitalier car la communication est souvent difficile avec les patients.

Un bracelet censé identifier les pèlerins

Beaucoup de pèlerins sont accompagnés par une agence de voyages spécialisée accréditée auprès des organisateurs du hadj. Ils doivent porter sur eux des documents et un bracelet permettant de les identifier rapidement. Quant aux plus indigents, venus effectuer le grand pèlerinage par leurs propres moyens, le processus d’identification risque d’être beaucoup plus long.

Le bilan des victimes par nationalité n’est toujours pas définitif. Parmi les pays les plus touchés, l’Iran compte 136 morts, 102 blessés et 344 disparus. L’Egypte déplore quant à elle 37 morts, le Niger 19 victimes, mais toujours cinquante disparus, le Cameroun fait lui état d’une vingtaine de décès. Quatorze ressortissants ivoiriens ont également perdu la vie dans la bousculade meurtrière de jeudi et 77 sont toujours portés disparus.

L’Inde parle de quatorze tués, le Tchad de onze morts et le Pakistan de neuf. La Somalie, l’Algérie, le Sénégal, la Tanzanie, l’Indonésie, le Kenya, le Maroc, le Nigeria, les Pays-Bas, le Burkina Faso et le Burundi font aussi partie des pays endeuillés.

Clarence Rodriguez


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)