Le pitbull qui a mordu le fils de Adama Barrow tué par injection

, par  masterEveil , popularité : 11%

Dimanche 15 janvier, en fin d’après-midi, alors que le Sénégal se préparait à masser des troupes à la frontière gambienne, prêtes à une intervention musclée, l’un des enfants du président élu, le jeune Habib Barrow, a été dévoré par quatre pitbulls dans un quartier de la capitale, Banjul. Le garçon de 8 ans a rendu l’âme peu de temps après son admission à l’hôpital de Serrekunda des suites de ses blessures à l’abdomen et au visage.
Dimanche 15 janvier, en fin d’après-midi, alors que le Sénégal se préparait à masser des troupes à la frontière gambienne, prêtes à une intervention musclée, l’un des enfants du président élu, le jeune Habib Barrow, a été dévoré par quatre pitbulls dans un quartier de la capitale, Banjul. Le garçon de 8 ans a rendu l’âme peu de temps après son admission à l’hôpital de Serrekunda des suites de ses blessures à l’abdomen et au visage.
Il avait plongé dans le deuil le nouveau couple présidentiel gambien et jeté l’émoi en Gambie et ailleurs. Au plus haut de la crise post-électorale dans son pays, alors que, réfugié au Sénégal, il se battait pour prendre ses fonctions de président de la République, Adama Barrow est informé qu’un de ses enfants a succombé à l’attaque d’un chien.

SeneWeb a appris que ce chien a été tué « par mesure de précaution ». Il a été éliminé hier, mercredi 1 février, par injection euthanasie par des officiers vétérinaires de la clinique centrale spécialisée d’Abuko. Ces derniers ont assuré que l’animal a été mis au sommeil avant de recevoir la dose mortelle.

Le fils de Barrow se nommait Habib Barrow. Il avait 8 ans. Il était le garçon de la deuxième épouse du nouveau président gambien, qui est polygame (il a deux femmes). L’accident a eu lieu le 15 janvier. L’enfant est décédé le lendemain, trois jours avant la prestation de serment du successeur de Jammeh. Une cérémonie qui s’est déroulée à l’ambassade de la Gambie à Dakar ; le président sortant refusant, à ce moment-là, de quitter le pouvoir.

.leral.net