"Le pouvoir en place finira par une révolte populaire..." selon Ely Mohamed Fall

, par  Webmastrer , popularité : 11%

tawary -" Ce qui s’est passé tout dernièrement en Mauritanie, ne s’agit pas d’une élection présidentielle mais une comédie et le taux de participation était entre 20 à 25%", a précisé, l’ex-Chef d’Etat mauritanien,Ely Ould Mohamed Fall, au cours d’un entretien réalisé sur Rfi, jeudi à 22 h37.

A ce sujet, l’ancien président du CMJD, qui avait assuré la transition de 2005 à 2007, s’est exclamé en disant :"Comment peut-on parler d’une élection alors que le pays vit un blocage politique et qu’une grande de l’opposition n’a pas participé au jeu politique" ?

Parlant du dialogue politique, Ould Mohamed Fall, a affirmé que l’opposition a toujours été favorable pour le dialogue, mais elle n’a pas trouvé avec qui "dialoguer".

Il a accusé le président mauritanien actuel, Mohamed Ould Abdel Aziz d’être derrière tous les blocages politiques que connait le pays depuis plus de sept ans. Ely Ould Mohamed Fall a ensuite dit que le pouvoir en place est passible lui aussi à l’une des solutions suivantes soit une révolte populaire, un soulèvement des masses, un accident (...) , un coup d’Etat ou un vide politique.

"Celui qui dirige le pays actuellement est responsable des attaques terroristes qui ont eu lieu en Mauritanie et même dans la capitale, Nouakchott"a-t-il souligné.

Pour ce qui des peines de mort retenues contre deux djihadistes qui sont accusés d’avoir assassiné des européens en Mauritanie, Ey a indiqué qu’il s’agit d’une parodie et que la peine de mort n’a jamais été calculée.

A propos d’un changement qui s’est produit au Burkina, il a salué le courage du peulpe burkinabé et la décision de l’ex-président, Blaise Compaoré,même s’il a décidé de quitter le pouvoir un peu plus tard, ce qui a permis d’éviter un bain de sang sur le sol de son pays.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)