Le président Ould Aziz appelle à plus de solidarité avec les réfugiés maliens en Mauritanie

, popularité : 11%

Le Président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé la communauté internationale à accorder davantage d’aide aux Maliens réfugiés dans son pays, notamment au camp de Mbera (sud-est), a rapporté jeudi l’agence officielle mauritanienne.

« Je demande à la communauté internationale d’accorder davantage d’aide à ces réfugiés en vue de l’amélioration de leurs conditions de vie et de soulager leurs souffrances en attendant qu’ils puissent regagner volontairement leur pays », a déclaré Mohamed Ould Abdel Aziz, cité par l’Agence mauritanienne d’information (AMI).

Selon l’agence, il s’exprimait mercredi lors d’une visite à Mbera, à environ 60 km de la frontière avec le Mali, dans le cadre d’une tournée en cours depuis mardi dans des régions du sud-est du pays.
Le camp de Mbera, ouvert en 2012 et géré par le Haut commissariat de l’Onu pour les réfugiés (HCR) de l’Onu, a compté jusqu’à 70.000 réfugiés maliens ayant fui la guerre dans le nord de leur pays, entre 2012 et 2013. Pour 2015, le HCR affirme qu’il fournira « protection et assistance à quelque 48.000 réfugiés » sur ce site.
La Mauritanie « tient à respecter ses engagements envers les frères maliens réfugiés », notamment en leur apportant « l’aide et l’appui nécessaires, en collaboration avec les organisations humanitaires, particulièrement avec le HCR », a affirmé le président Aziz, qui s’est entretenu avec les responsables du camp et les représentants des réfugiés.

Le nord du Mali est tombé à la fin du premier trimestre 2012 sous la coupe de divers groupes armés dont des rebelles touareg et des jihadistes liés à Al-Qaïda. La rébellion, d’abord alliée des jihadistes, a ensuite été évincée par eux.
Les jihadistes ont été dispersés et partiellement chassés de cette zone par une opération militaire internationale lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, et toujours en cours.

Mais des zones entières échappent toujours au contrôle de Bamako. Dans le nord du Mali, la situation « demeure fragile et elle ne permet pas d’envisager à court ou moyen terme le retour à grande échelle des réfugiés », indique le HCR, sur son site Internet, estimant à 24,4 millions de dollars (plus de 23 millions d’euros) les besoins financiers pour ses opérations en Mauritanie pour 2015.
Selon la même source, le gouvernement mauritanien « fournit des terres pour le camp de Mbera et assure la sécurité des réfugiés maliens et des travailleurs humanitaires ».


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)