Les chiffres avancés par Mme Coumba Ba devant les députés, sur les faux diplômés, ne concernent pas le personnel public (Communiqué)

, par  masterEveil , popularité : 23%

Madame la Ministre a eu à répondre à une question orale de l’honorable député Dane ould Ethmane relative à la falsification des diplômes devant l’Assemblée Nationale le 10 Janvier 2018.
Elle a expliqué lors de de son intervention, le fonctionnement des différents organes de contrôle mis en œuvre pour éviter toute exploitation de faux diplômes pour accéder à la Fonction Publique.

A ce propos elle a cité la Commission Nationale des Concours et la Commission d’Evaluation des Diplômes. La Commission Nationale des Concours intervient en amont en matière d’accès à la Fonction Publique (recrutement ou reclassement), quant à la Commission d’Evaluation des Diplômes, elle intervient en aval pour s’assurer de l’authenticité des diplômes présenté pour participer au concours.
Chacune de ces Commissions disposent de son mécanisme interne lui permettant de s’acquitter convenablement des taches qui lui sont confiées.
En réponse à une question posée au cours de cette séance, par l’un des honorables députés relative à la régularité des réunions de la Commission d’Evaluation des Diplômes et sa redynamisation, Madame la Ministre a assurée l’assemblée que cette Commission, présidée par un Chargé de Mission à la Présidence de la République, se réunit régulièrement pour traiter l’ensembledes dossiers de demandeurs d’Equivalence. C’est dans cette optique que Madame la Ministre a précisé au cours de l’année écoulée, que cette Commission a eu à examiner 110 dossiers de demandeurs d’équivalence parmi lesquels 30 ont été validés et 80 rejetés pour complément d’information.
Madame la Ministre a tenu à préciser que la Commission d’Evaluation des Diplômes traite l’ensemble des diplômes obtenus à l’Etranger par des agents de l’Etat ou par des citoyens qui ne sont pas à la fonction publique voulant certifier l’authenticité de leurs diplômes. Les chiffres avancés lors de cette intervention n’ont pas de rapport avec la situation administrative des fonctionnaires ou agents de l’Etat.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)