Les indicateurs économiques en 2013 jugés positifs par la BCM

, par  Webmastrer , popularité : 11%

Les indicateurs de l’économie mauritanienne ont été globalement bons au cours des neuf premiers mois de l’année 2013, notamment au niveau des activités minières, industrielles et des réserves en devises, selon une note de conjoncture du Conseil de politique monétaire (CPM) de la Banque centrale de Mauritanie (BCM), publiée mercredi.

Cette période a été marquée par “une bonne tenue des activités minières et la hausse de l’indice de production industrielle“, indique le CPM qui, en revanche, note que le secteur du Bâtiment et des Travaux publics a connu un léger recul, pendant que le secteur de la pêche enregistre la plus forte contre-performance, en raison principalement de la baisse de la production des espèces pélagiques.

La poursuite d’une politique monétaire “prudente” et un programme de soutien aux populations pour faire face au déficit pluviométrique de l’année 2012 a permis de maintenir le taux d’inflation à des niveaux acceptables avec une progression de 3,9 pc pour les neuf premiers mois de l’année.

Quant aux recettes globales des finances publiques, “elles se chiffrent à 391,6 milliards d’ouguiyas, soit environ 1,33 milliard de dollars américains et enregistrent une hausse de 27,7 % par rapport à la période en 2012“.

En fin septembre 2013, la masse monétaire s’établissait à 460 milliards d’ouguiyas, soit environ 1,66 milliard de dollars américains et enregistre un léger accroissement de 1,1 % par rapport à l’année précédente.
Au plan externe, l’économie mauritanienne est confrontée à “une conjoncture défavorable des échanges commerciaux“.

Ainsi, les transactions commerciales portant sur les biens et services se sont soldées par un déficit de 67,5 millions de dollars américains. Cette évolution découle d’une baisse conjuguée des exportations (12,3 %) et des importations (8,4 %).

Cette conjoncture difficile n’a cependant pas affecté les réserves de change qui ont atteint un niveau de 896 millions de dollars américains, selon la note du CPM. Quant à l’évolution moyenne du taux de change effectif réel de la monnaie nationale, l’ouguiya, il est resté quasi stable sur les neuf premiers mois de 2013, indique le CPM.

En dépit de bons indicateurs macro-économiques globaux, la Mauritanie reste confrontée au caractère “non inclusif” de la croissance, estimée à plus de 6 pc par un récent rapport du Fonds monétaire international (FMI), la persistance de la pauvreté et un fort taux de chômage, surtout chez les jeunes, selon les avis concordants de nombreux spécialistes.

Le Maghreb


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)