Les pays du G5 Sahel cherchent à éradiquer la menace terroriste avec l’aide extérieure (SYNTHESE)

, par  masterEveil , popularité : 15%

 Les pays du Sahel, leurs voisins et leurs partenaires restent préoccupés par l’insécurité grandissante dans cette région de l’Afrique à l’épreuve des attaques terroristes à répétition et recherchent par tous les moyens les solutions pour son éradication.

La question a été au menu, le 1er mai dernier dans la capitale burkinabè Ouagadougou, du sommet extraordinaire du G5 Sahel, le regroupement du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad.

Le sommet, quoique régional, a vu la participation de la chancelière allemande Angela Merkel aux côtés des présidents des pays membres du G5 Sahel qui appellent constamment à l’aide internationale.

La séance de travail avec Mme Merkel a été couronnée "d’échanges forts enrichissants", a commenté le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, se réjouissant du renforcement de l’appui allemand aux efforts de sécurisation.

"L’Allemagne a annoncé une aide de 46 millions d’euros (environ 51,7 millions de dollars) qui devra nous permettre de mieux prendre en charge les questions sécuritaires au nord et à l’est de notre pays, et conduire des actions qui aideront à renforcer la résilience des populations dans ces zones", a-t-il souligné dans un communiqué publié par la présidence du Burkina Faso.

Du côté allemand, Mme Merkel, qui a eu plusieurs rencontres avec les chefs d’Etat, a été précise : "Nous avons versé notre contribution de 60 millions d’euros (environ 67,4 millions de dollars) au G5 Sahel et nous avons apporté notre soutien dans la formation et dans la mise en œuvre de l’académie de police du G5 Sahel", d’après le même document.

La chancelière allemande a pris la mesure de la menace terroriste "qui ne cesse de s’accroître" dans le Sahel et reconnaît qu’il y a urgence pour des actions concertées qui vont au-delà des seuls pays du G5 Sahel.

Cela est déjà visible par le fait même que l’Allemagne est un partenaire du Collège de défense du G5 Sahel, basé en Mauritanie, à travers un projet d’appui exécuté par la GIZ, la coopération allemande.

Démarré fin 2017 pour 18 mois et financé pour un montant de 1,6 millions d’euros (environ 1,8 million de dollars), le projet est destiné à l’équipement du Collège de défense dont la mission est de former les chefs militaires des armées, des gardes nationales et de la gendarmerie des Etats du G5 Sahel.

En effet, les efforts du G5 Sahel se renforcent toujours et un projet de manuel de bonnes pratiques en matière de résilience communautaire face à la radicalisation et à l’extrémisme violent a été soumis à un atelier régional pour sa validation le 7 mai dernier à Nouakchott, en Mauritanie.

Il s’était agi d’entériner le projet de ce document de sorte à aller au plus vite pour son impression et sa diffusion dans les pays du G5 Sahel.

Selon le secrétariat permanent du G5 Sahel, la mission diplomatique chinoise à Nouakchott avait réitéré à cette occasion la décision de la Chine "d’offrir des dons militaires et une aide financière au G5 Sahel, à sa force conjointe et à ses membres", démontrant le "soutien ferme de la partie chinoise à la cause de la paix et de la stabilité en Afrique".

Par ailleurs, l’instabilité dans le Sahel se répercute dans les pays au sud, notamment le Bénin, le Togo et la Côte d’Ivoire qui font l’expérience de l’extension silencieuse du terrorisme.

http://french.xinhuanet.com


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)