Les prestataires de services de l’enseignement demandent d’être officialisés

, par  masterEveil , popularité : 91%

Plus de 5 000 prestataires de services de l’enseignement sont exposés à un sort incertain, après avoir souffert pendant sept mois et gouté à l’humiliation, en raison d’un contrat qui tue tout espoir.

En effet, le salaire dérisoire qu’ils perçoivent n’arrive même pas à couvrir leurs besoins élémentaires tels que payer le loyer et assurer leurs repas et autres nécessités, dans des zones reculées du pays où ces soldats du savoir et de l’alphabétisme déploient tous les efforts pour sauver l’enseignement de la précarité et de la dérive, privés ainsi de tous les privilèges et avantages accordés par la fonction publique à leurs collègues.

Il y a aussi l’expiration du contrat en cette période sensible de l’histoire de l’humanité, où ces jeunes n’ont devant eux que faire face au chômage dans une période où il est difficile de trouver un emploi

Ce qui est contraire aux orientations de Son Excellence le Président de la République Monsieur Mohamed Ould Cheikh Ghazouani et du Premier ministre l’ingénieur Ismail Ould Bedde Ould Cheikh Sidiya, pour réformer l’éducation dont l’enseignant et le professeur représentent la pierre angulaire

En conséquence, nous portons à la connaissance des parties habilitées, en l’occurrence le ministère de l’enseignement fondamental et de la réforme de l’éducation nationale et le ministère de l’Enseignement secondaire notre plateforme de revendications qui tourne autour des points suivants :

Officialiser tous les prestataires de services de l’enseignement, partant de leurs compétences prouvées sur le terrain pour hisser l’éducation de l’avant et au témoignage des deux ministres concernés,

Payer les deux mois de juillet et d’aout 2020, compte-tenu de la situation actuelle très difficile et de la rareté des opportunités d’emploi,

Nous sommes convaincus du soutien et de la solidarité apportés par le Président de la République à notre cause et pour obtenir nos droits

https://alwiam.info/fr/ar/8508


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)