Les questions palestiniennes et sécuritaires fortement présentes au sommet de Nouakchott

, par  Webmastrer , popularité : 5%

Les dirigeants de la Ligue arabe se sont réunis lundi et mardi derniers en sommet à Nouakchott. A l’issue de ce 27e sommet des Etats des Etats Arabes, une déclaration de Nouakchott a été adoptée. Les dirigeants arabes y ont réaffirmé leur engagement s de faire concrètement face aux menaces pesant sur la sécurité nationale arabe en développant des mécanismes de lutte contre le terrorisme, à travers la propagation des valeurs de paix, de modération et de dialogue.
Les dirigeants ont réitéré également le caractère central de la question palestinienne dans l’action arabe commune et salué à ce propos les efforts de l’Egypte tendant à la relance du processus de paix et l’initiative de la France demandant la tenue d’une conférence internationale de paix.
La Déclaration de Nouakchott a appelé, dans le cadre de l’attachement des dirigeants à l’unité d’objectif et destin des parties libyennes, à œuvrer pour parachever la reconstruction de l’Etat libyen, de faire face aux groupes terroristes, réaffirmant leur soutien au gouvernement légal du Yémen et à la poursuite des efforts en vue de faire aboutir les concertations du Koweït à des résultats positifs.
Les dirigeants ont exprimé leur espoir que les frères en Syrie parviennent à une solution politique basée sur la préservation de l’unité de ce pays et sur celle de son indépendance et la dignité de son peuple.
Ils ont apporté aussi leur soutien à l’Irak pour sauvegarder son unité et son intégrité territoriale ainsi que pour faire face aux groupes terroristes.
Ils ont réaffirmé aussi leur solidarité avec la République du Soudan dans ses efforts de renforcement de la paix et de développement du pays. Ils ont insisté à ce propos, sur leur rejet des ingérences étrangères dans les affaires internes des Etats arabes et exprimé leur détermination à sauvegarder l’unité culturelle, à s’attacher davantage à la langue arabe et renouvelé l’appel à engager Israël à adhérer à la Convention de non prolifération des armes nucléaires.
Les dirigeants arabes ont exprimé enfin leur profonde gratitude et notre considération à Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République Islamique de Mauritanie ainsi qu’au peuple mauritanien et à son gouvernement pour la chaleur de l’accueil, l’hospitalité généreuse, la bonne organisation, la bonne conduite des travaux du sommet et pour avoir supporté la responsabilité d’assurer la régularité de la tenue de la session de notre organisation.
Rappelons que sur les 22 pays membres, seuls quelques chefs d’Etat étaient présents en plus du Chef de l’Etat tchadien Idriss Déby était présent au nom de l’Union africaine.
Parmi les six chefs d’Etat arabes qui ont fait le déplacement, le Soudanais Omar el-Bechir, visé par un mandat d’arrêt international. Le roi d’Arabie saoudite s’est fait excuser pour des raisons de santé, ainsi que le président égyptien à cause, dit-on au Caire, d’un complot visant son assassinat à Nouakchott disent certains alors que d’autres parlent d’agenda trop chargé. Notons enfin que le sommet a même été réduit à une journée, au lieu des deux prévues initialement.
C’était la première fois depuis la fondation de la Ligue arabe qu’un sommet se tenait à Nouakchott. Il faut dire que la Mauritanie avait été mise à la marge en raison de ses liens diplomatiques avec Israël, voulus par l’ancien président Ould Taya. La rupture formelle en 2010, puis ses efforts de réintégration régionale, ces dernières années, l’avaient peu à peu remis en selle.
C’est le désistement de dernière minute du Maroc pour l’organisation du sommet, en raison des divisions chroniques des pays membres, qui lui avait fourni une opportunité pour prouver son engagement.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)